Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Condamnés pour avoir laissé une fillette de 2 ans prendre de la cocaïne et des somnifères

vendredi 14 août 2015 à 8:54 France Bleu Lorraine Nord

Trois personnes ont été condamnées par le tribunal de Sarreguemines, mercredi 12 août pour mise en danger de la vie d'une petite fille de 2 ans. La fillette avait ingéré de la cocaïne et des médicaments lors d'une soirée, fin juin 2015, à Saint-Avold (Moselle). La mère de l'enfant, 19 ans, écope de 4 mois de prison ferme.

Cocaïne et médicaments (photo d'illustration)
Cocaïne et médicaments (photo d'illustration) © Fotolia.com

La condamnation ne passe pas inaperçue. Le tribunal correctionnel de Sarreguemines a condamné mercredi 12 août trois personnes pour mise en danger de la vie d'une petite fille de 2 ans. L'enfant a ingéré de la cocaïne et des somnifères fin juin à Saint-Avold, au cours d'une soirée à laquelle participait sa mère.

L'homme chez qui s'est déroulée la soirée écope de six mois avec sursis. La mère de famille, âgée de 19 ans, a été condamnée à dix mois de prison dont six avec sursis. La plus lourde peine revient à l'un de ses amis : quinze mois ferme, parce qu'en état de récidive légale pour usage et détention de stupéfiants. Mais son avocat conteste sa condamnation.

Placée en famille d'accueil

A l'audience, le tribunal n'a pas pu déterminer si cet homme de 23 ans avait volontairement donné de la cocaïne et des somnifères à l'enfant. Les deux autres condamnés n'ont pas été suffisamment clairs. Lui conteste farouchement avoir voulu mettre en danger la petite fille de 2 ans. Son avocat, Me Ciaramella, va faire appel* : "Nous avons décidé de faire appel, nous contestons absolument ce délit de mise en danger, il conteste absolument avoir donné quoi que ce soit dans la bouche de l'enfant."*

DROGUE ENFANT son

Quant au somnifère ingéré par la petite fille, la molécule qui le compose ne correspond pas aux anxiolytiques prescrits à son client. Un jeune homme au profil complexe. Il est soigné pour des troubles psychiatriques , une schyzophrénie. Mais il n'est pas dangereux dit son avocat. Reste que l'affaire est consternante. Pourquoi une enfant de 2 ans a assisté à une soirée où circule de la drogue? La justice a décidé de l'éloigner de sa mère. La petite fille a été placée en famille d'accueil .

Par :