Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : activités autorisées ou non ? Les réponses du préfet de la Haute-Vienne aux auditeurs

-
Par , France Bleu Limousin

Avec l'instauration du confinement, de nombreuses questions se posent sur les activités et les déplacements autorisés ou non. Ce lundi matin, le préfet de la Haute-Vienne, Seymour Morsy, était l'invité spécial de France Bleu Limousin. Voici ses principales réponses aux interrogations des auditeurs.

Le préfet de la Haute-Vienne, Seymour Morsy, a répondu à toutes les questions des auditeurs sur le confinement
Le préfet de la Haute-Vienne, Seymour Morsy, a répondu à toutes les questions des auditeurs sur le confinement © Radio France - Nathalie Col

Les règles du nouveau confinement, entrées en vigueur vendredi, suscitent de nombreuses interrogations. Pour quelles raisons et pour quelles activités peut-on sortir et se déplacer ? Quelles tolérances sont acceptées ? Pour répondre aux questionnements des habitants du Limousin, le préfet de la Haute-Vienne, Seymour Morsy, était l'invité spécial de France Bleu Limousin ce lundi matin de 7h45 à 8h30. Vos questions ont porté sur de multiples sujets.

Handicap, maladie, soins, ... quelles régles ?

Angélique est en situation handicap, mal-voyante avec un chien-guide d'aveugle : "si je vais au parc de l'Aurence pour détendre mon chien, je risque de dépasser la durée de sortie d'une heure, ai-je le droit" ? Le préfet précise : "votre situation est particulière, compte tenu de votre situation vous pourrez expliquer pourquoi la distance ou l'heure sont difficilement gérables pour vous. Alors certes, il faut savoir être tolérant avec ces cas particuliers, mais ne pas oublier que c'est le confinement et que nous devons tous nous adapter ! Ce n'est pas que pour les autres..."

Jeanine, de Limoges, est non-voyante et présidente de l'association Voir ensemble : "puis-je sortir sans l'attestation (que je ne peux pas remplir) mais en respectant tous les gestes barrière" ? Le préfet conseille : "idéalement, _il faudrait qu'un voisin ou un ami vous remplisse l'attestation_, une bonne fois pour toutes, elle sera valable pour toute la durée du confinement et pas un seul jour. Sinon, votre carte d'invalidité fera foi".

Gérard, de Chameyrat, doit se faire opérer de la hanche : "je dois subir une opération hanche à Toulouse dans quelques jours, mon épouse peut-elle m'accompagner et revenir me chercher quelques jours après" ? La réponse du préfet est affirmative : "oui, ce cas rentre parfaitement dans les hypothèses prévues par l'attestation de déplacement".

De même que pour se rendre à des obsèques. Ou apporter du soutien à une personnes vulnérable, comme Michèle à Magnac-Laval : "je suis la personne confiance d'une personne vulnérable sur Limoges à 50 km de chez moi, j'y vais tous les 8 jours pour ses courses, ses démarches, etc..."

Et pour la famille ?

Yves se demande s'il peut continuer à accueillir ses petits-enfants le mardi soir, récupérés par leurs parents le mercredi soir. Le préfet Seymour Morsy apporte une double réponse : _"_oui, l'autorisation de déplacement des parents ou des grands-parents est valable dans ce cas là. Mais si je peux me permettre de vous donner un conseil : les enfants sont vecteurs la maladie, surtout avec la rentrée scolaire, alors je vous encourage à garder vos distances dans cette période, pour profiter d'eux le plus longtemps possible après le confinement..."

A Bellac, Nadine se pose une question pour sa fille, éloigné de son conjoint : "ma fille et son compagnon sont pacsés et habitent à Châteauroux mais lui est enseignant en ce moment en région parisienne et réside là-bas. Peut-il rentrer chez eux" ?  Dans ce cas là, le préfet se montre formel : "non, dans ce cas-là, on ne bouge pas ! Je suis moi-même 'célibataire géographique' et je ne vais pas revoir ma femme pendant quelques semaines..." 

Quelles sont les règles pour les animaux ?

A Razès, Gislhaine se demande si elle peut se rendre chez le vétérinaire pour le vaccin de son chien. "Oui, vous pouvez y aller, il vous faut juste prouver que vous avez bien rendez-vous avec le vétérinaire".

Michel, à Saint Sornin Leulac, s'inquiète pour ses chevaux : "nous avons mis en place une surveillance nocturne, mais les cheavux ne sont pas considérés comme animaux de compagnie, peut-on continuer" ? Le préfet se montre très compréhensif : "oui, au vu des choses abominables que nous avons vues dans notre département ou chez nos voisins, je demanderai aux forces de l'ordre de permettre aux propriétaires d'équidés de pouvoir circuler pour assurer cette surveillance" !

A Moissannes, Henri est préoccupé par les dégâts causés par les sangliers : "ils dévastent tout, y aura-t-il des déoragtions pour les chasser" ? Dans ce cas, la réponse est oui, mais : "uniquement sous forme de battue, soit organisée par la préfecture, soit par vous mais en prévenant la préfecture".

Jacqueline, de Panazol, voudrait s'occuper de ses animaux loin de chez elle : "j'ai une maison à la campagne à 20 km de Panazol, où j'ai un chat, un chien et des lapins. Suis-je autorisée à y aller" ? Pour les pouvoirs publics, ce cas est "difficile à justifier, vous aviez quelques jours pour aller vous installer à côté de vos animaux ou faire en sorte que quelqu'un aille s'en occuper. Du coup, ce n'est pas un motif urgent ou impératif".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess