Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement dans les Landes : des surfeurs verbalisés par hélicoptère

-
Par , France Bleu Gascogne

Les plages interdites jusqu’au 2 juin, les surfeurs qui s’agacent et le mince espoir de convaincre les autorités qu’une solution existe pour laisser les surfeurs retourner à l’eau le 11 mai. En attendant, les forces de l’ordre continuent de surveiller le littoral.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - FOURNIL Pierre Antoine

Depuis le début du confinement et l'interdiction d'accès aux plages, les gendarmes survolent la côte landaise à bord de leur hélicoptère pour tenter de repérer des surfeurs. Ils sont rares ceux qui bravent l’interdit, mais ils existent.

Exemple entre Hossegor et Souston. Sur cette zone du littoral landais,  il existe des kilomètres de plage sauvage, éloignée des habitations, éloignée de la route, éloignée de parking. Ceux qui savent, connaissent des sentiers dans la foret pour y accéder,  des sentiers où les pins offrent une couverture, des sentiers qui aboutissent au pied de la dune. 

Un chemin forestier qui mène à la plage.
Un chemin forestier qui mène à la plage. © Radio France - PF

"Il y avait de très belles vagues et j'ai craqué"

Mais les forces de l'ordre sont au courant et savent même que des surfeurs cachent leurs planches dans la foret pour éviter de se faire repérer. Et les gendarmes des Landes confirment : des surfeurs verbalisés, il y en a eu. Plusieurs la semaine dernière par exemple. Marie, une surfeuse landaise, en a fait les frais : "Il y avait de très belles vagues et j'ai craqué", raconte la mère de famille qui a justement été verbalisée après avoir traversé la foret pour rejoindre les vagues. "Il y avait deux autres surfeurs à l'eau. Quand je suis arrivée au peak, ils m'ont dit qu'il y avait l'hélicoptère qui venait de passer. Je n'ai même pas eu le temps de prendre une vague et l'hélicoptère est revenu". 

La surfeuse raconte que les gendarmes se sont alors posés sur la plage pour laisser descendre deux officiers. Puis il a décollé pour aller se poser un peu plus loin sur la dune. "On est sorti de l'eau et ils nous ont expliqué que l'on n'avait pas le droit et qu'on allait avoir une amende. Ils étaient très sympa. L'un d'entre eux a dit qu'il comprenait, qu'il était surfeur aussi mais que ce jour, on était les seuls sur toute la côte depuis Biarritz. Donc il fallait qu'on comprenne". 

Des surfeurs braqués avec une mitraillette ? 

Des gendarmes sympas dit marie la surfeuse, qui devra s’acquitter d’une amende de 135 euros. Voilà qui contraste avec un article publié par un journaliste basé à Capbreton pour un site de surf anglais. Dans cet article qui a commencé à tourner sur internet et qui alimente les fantasmes, il est relaté l’histoire de trois surfeurs interceptés près d’Hossegor la semaine dernière. 

Capture d'écran Facebook
Capture d'écran Facebook - Capture d'écran

L’article raconte que les gendarmes auraient braqué leurs mitraillettes sur les surfeurs en réalisant une manoeuvre aérienne au dessus de la dune avec l’hélicoptère pour leur barrer la route, alors que ces derniers fuyaient vers la foret. 

"C'est fantaisiste", explique un gendarme qui parle de Fake news. "Oui on a mis des amendes à plusieurs surfeurs la semaine dernière, oui on se pose sur la plage pour le faire, mais non les hélicoptères ne sont pas armés de mitraillette. Les agents ont juste leur arme de service et on ne braque pas des surfeurs avec".  

Les surfeurs que nous avons contactés pour réaliser ce sujet se posaient enfin une question. Combien coûte une heure de vol en hélicoptère par rapport au 135 euros d'amende ?  Selon un rapport du Sénat en 2014, l’heure de vol d’un hélicoptère de la gendarmerie coûte entre 800 et 1600 euros. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess