Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements maintenus en vigilance rouge, 53 en orange
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement : des incidents dans un quartier sensible de Toulouse, le maire réfléchit à un couvre-feu

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

En conférence de presse, Jean-Luc Moudenc a expliqué que des incidents ont éclaté à La Reynerie dans la nuit de jeudi à vendredi. Le maire va s'entretenir avec le préfet pour voir si un couvre-feu est "pertinent". Et rappelle que c'est ce dernier qui décidera.

Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc, en visio-conférence de presse, vendredi 3 avril 2020.
Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc, en visio-conférence de presse, vendredi 3 avril 2020. © Radio France - Mathieu Ferri

Le maire de Toulouse a reconnu ce vendredi 3 avril en visio-conférence de presse que des "incidents" avaient éclaté à la Reynerie dans la nuit de jeudi à vendredi. Selon nos informations, une patrouille de police a reçu des projectiles vers 23h30 jeudi soir, alors qu'elle s'apprêtait à contrôler une dizaine de jeunes qui ne semblaient pas respecter le confinement lié à l'épidémie de Coronavirus. Ils se trouvaient dans la rue sans attestations. Les agents ont dû utiliser des grenades de désencerclement. Des véhicules stationnés à proximité ont également été endommagés par des projectiles.

Jean-Luc Moudenc a rappelé qu'il ne pouvait pas décider seul d'un couvre-feu, et qu'il s'agissait là "de la compétence des préfets". Il y a une dizaine de jours, le maire n'envisageait pas un tel dispositif, en expliquant que les problèmes étaient plutôt diurnes que nocturnes, et qu'un arrêté de couvre-feu "n'était pas nécessaire".

Voir s'il est pertinent de faire évoluer les choses

Mais l'élu précise : "Nous devons réactualiser tous les jours l'examen de cette situation, et si à un moment il y a des difficultés particulières en soirée, alors oui, se posera la question du couvre-feu".

En clair, un tel dispositif pourrait aujourd'hui être déclenché, vu l'agression des policiers à la Reynerie : "A la suite de ce qui s'est passé [jeudi] soir, (...) j'ai prévu d'aborder cette question" avec le préfet indique Jean-Luc Moudenc, "pour voir s'il est pertinent de faire évoluer les choses".

Environ 30% de baisse de la délinquance, mais plus visible

Le maire a aussi précisé que depuis le début du confinement, la "baisse de la délinquance globale est évaluée par les autorités de Police nationale à un tiers" dans la ville, mais que "la délinquance qui continue se voit davantage, car l'espace public est libéré de ses usages habituels, et donc la présence des délinquants et d'autant plus choquante, et inacceptable".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess