Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : des maires des Deux-Sèvres publient des arrêtés pour que tous les commerces restent ouverts

-
Par , France Bleu Poitou

Cinq communes des Deux-Sèvres demandent que les commerces non alimentaires restent ouverts pendant le confinement. Leurs arrêtés ont été retirés à la demande de la préfecture.

Commerce fermé pendant le confinement
Commerce fermé pendant le confinement © Radio France - Claire Leys

Un peu partout en France, des maires ont pris des arrêtés vendredi 30 octobre, pour protester contre la fermeture des commerces non-alimentaires. Dans les Deux-Sèvres, les maires des communes de Bressuire, Mauléon, Cerizay, Nueil-les-Aubiers et Moncoutant ont pris ces arrêtés, avant de les retirer à la demande du Préfet.

Emmanuelle Ménard, la maire de Bressuire explique la raison de cette démarche : "C'était non pas pour aller contre le confinement mais pour alerter les pouvoirs publics sur une injustice que la population et les commerçants ressentent."

Il y a des différences de traitements entre les réseaux de distribution sur les produits non alimentaires - Emmanuelle Ménard

Le préfet a demandé de retirer ces arrêtés, ce que la maire de Bressuire a fait. Mais elle ne veut pas en rester là : "Comme beaucoup de maires l'ont fait, nous espérons pouvoir faire bouger les lignes et que l'état se rende compte qu'il y a un manque d'équité flagrant."

De son côté l'Association des Maires de France demande au gouvernement de revoir la notion de commerce de première nécessité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess