Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Confinement en Dordogne : un septuagénaire menace de mort les gendarmes qui voulaient le verbaliser

-
Par , France Bleu Périgord

Un homme de 75 ans habitant de Lamonzie-Montastruc en Dordogne a menacé de mort des gendarmes ce samedi matin. Et cela alors que les militaires venaient de le verbaliser pour non respect du confinement : il roulait en voiture avec sa femme avec une seule attestation dérogatoire.

Contrôle du respect du confinement - illustration
Contrôle du respect du confinement - illustration © Maxppp - Maxppp

C'est une histoire qui est peut être une illustration des tensions que peut provoquer le confinement. Un homme de 75 ans s'est mis à menacer de mort les gendarmes ce samedi matin lors d'un contrôle à Mouleydier en Bergeracois. Les militaires ont voulu le sanctionner de 135 euros d'amende pour n'avoir pas respecté les règles pour pouvoir sortir de chez lui en plein confinement.

Une attestation pour deux

Tout commence en fait en fin de matinée ce samedi. L'homme de 75 ans part en voiture de son domicile à Lamonzie-Montastruc. Il veut aller acheter à manger. Il emmène avec lui son épouse. Sauf qu'arrivés à Mouleydier, les gendarmes les arrêtent et veulent voir leurs attestations, obligatoires pour pouvoir sortir en période de confinement. Problème : l'homme n'en a qu'une alors qu'il circule avec son épouse. Il en faut donc deux.

Les gendarmes lui dressent un PV de 135 euros. Immédiatement le ton monte. L'homme insulte les militaires, et les menace de mort. "Je vais vous mettre une cartouche" lâche-t-il. Il est immédiatement arrêté, emmené à la brigade de recherche de Bergerac pour être entendu. Là, il s'apaise, il reconnaît les faits, explique s'être emporté et avoir vécu l'amende comme une injustice. Il est finalement ressorti libre. Mais ce Périgourdin inconnu jusque là de la justice devra se présenter devant le délégué du procureur le 6 mai prochain pour une composition pénale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu