Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement : nette augmentation des envois de colis illégaux dans la prison de Béziers

-
Par , France Bleu Hérault

Ceux qui seraient tentés d'envoyer illégalement des colis à des détenus à la prison de Béziers n'ont qu'à bien se tenir. Le procureur de Béziers a renforcé les contrôles à proximité de l'établissement. Douze personnes ont été condamnés ces dernières semaines à des peines de prison ferme.

Prison de Béziers
Prison de Béziers © Radio France - Stéfane Pocher

Depuis le début du confinement les contrôles aux abords de la prison de Béziers (Hérault) ont été sérieusement renforcés à la demande du Parquet de Béziers.

La suspension des parloirs se traduit par une nette augmentation du nombre de projections de "colis" depuis l'extérieur dans l'enceinte du centre pénitentiaire, à destination des détenus. 

La mutinerie du 21 mars 2020 à la prison de Béziers était en partie causée par la volonté de quelques détenus d'aller récupérer dans des zones interdites des "colis" projetés depuis l'extérieur de la détention.

Ces derniers, très organisés, parviennent parfois à les récupérer selon différents moyens. Le contenu de ces "colis" est variable mais il s'agit le plus souvent de produits stupéfiants ainsi que de téléphones et leurs accessoires.

L'envoi de colis aux détenus est interdit

En étroite collaboration avec le directeur du centre pénitentiaire de Béziers, le commissariat de police de Béziers et le SRPJ de Montpellier, le parquet de Béziers s'est engagé résolument dans une lutte contre les trafics de stupéfiants, mais aussi de cigarettes, de couteaux, de téléphones et de leurs accessoires, et de tous autres objets ou produits entrés illicitement au sein du centre pénitentiaire de Béziers.  

Cette surveillance a permis ces dernières semaines d'interpeller régulièrement des personnes projetant des colis ou s'apprêtant à le faire. 

De lourdes amendes encourues

Ces derniers encourent les peines maximales d'un an d'emprisonnement et 15.000 euros d'amende. Même sanction pour ceux qui communiqueraient avec un détenu par téléphone ou par voie électronique sans autorisation. 

Les détenus qui réceptionnent ces "colis" commettent précise le procureur Raphaël Balland commettent un délit de recel qui porte la peine à cinq ans d’emprisonnement. S'il s'agit de produits stupéfiants projetés ou introduits en détention, cela s'apparente à un trafic de stupéfiants et les peines maximales encourues sont alors de 10 ans d'emprisonnement et 7,5 millions d'euros d'amende.

Cette politique pénale volontariste du parquet et la forte mobilisation de la police nationale ont permis d'aboutir ces trois dernières semaines, à la condamnation au total de 12 personnes par le tribunal correctionnel de Béziers qui a fait preuve d'une grande fermeté.

"Outre leur caractère illicite, ces trafics sont à l'origine de menaces et d'extorsions, voire de règlements de compte entre détenus, provoquant de fortes tensions au sein du centre pénitentiaire, et susceptibles de porter ainsi atteinte à la sécurité de l'établissement, du personnel pénitentiaire et des détenus eux-mêmes". 

Des condamnations à de la prison ferme

Des peines sévères avec de la prison ferme ont été prononcées par le tribunal à l'encontre des contrevenants, pour certains déjà connus de la justice. 

· Condamnation le 7 avril 2020, en comparution immédiate, de deux hommes et une femme venant de la région toulousaine et interpellés dans la soirée du 2 avril 2020 par des policiers du commissariat de Béziers, alors qu'ils s'apprêtaient à projeter depuis l'extérieur de la prison un colis contenant quelques dizaines de grammes de cannabis et des téléphones.

La femme de 26 ans qui aurait dirigé l'opération à la demande d'un détenu, jamais condamnée jusqu'à présent, a été condamnée à sept mois d'emprisonnement ferme mais sans mandat de dépôt. Les deux hommes qui l'accompagnaient, âgés de 26 et 28 ans et aux casiers judiciaires déjà chargés, ont été condamnés à sept mois d'emprisonnement avec mandat de dépôt.

·  Condamnation le 14 avril 2020 à quatre ans d’emprisonnement avec mandat de dépôt et interdiction définitive d’exercer une fonction publique, d’un surveillant pénitentiaire de 40 ans pour avoir fait entrer au centre pénitentiaire de Béziers plus d’1 kilo de résine de cannabis et des cartouches de cigarettes au début de l’année 2020, moyennant finance.

Le détenu de 35 ans les ayant réceptionné a été condamné à la peine de 30 mois d’emprisonnement dont 12 mois avec sursis probatoire, avec maintien en détention (enquête du SRPJ de Montpellier).

· Condamnation le 14 avril 2020, en comparution immédiate, à 18 mois d’emprisonnement avec mandat de dépôt d'un homme de 25 ans interpellé par des policiers du commissariat de Béziers dans la soirée du 10 avril 2020 alors qu'il arrivait de Montpellier et s'apprêtait à projeter un colis contenant moins d'une centaine de grammes de résine de cannabis à l'intérieur de la prison.

· Condamnation le 22 avril 2020 de quatre hommes jugés en comparution immédiate : 12 mois d'emprisonnement avec mandat de dépôt pour un détenu de 30 ans ayant sollicité un ami biterrois âgé de 36 ans et qui a été condamné à sept mois d'emprisonnement avec mandat de dépôt pour avoir projeté deux colis dans la soirée du 20 avril 2020 contenant deux bouteilles d'alcool et des chargeurs de téléphone. Un homme de 28 ans, sans casier judiciaire jusqu'à présent, a été condamné à six mois d'emprisonnement avec sursis pour s'être rendu complice de ces faits, notamment en ayant fait le guet.

Le quatrième individu habitant dans le voisinage direct du centre pénitentiaire et âgé de 32 ans a été condamné à 10 mois d'emprisonnement avec mandat de dépôt pour avoir participé à l'organisation de l'opération et à l'orientation des « lanceurs ». Ils avaient tous été interpellés par le commissariat de police de Béziers.

· Condamnation le 27 avril 2020, en comparution immédiate, à trois mois d'emprisonnement avec mandat de dépôt d'un homme de 31 ans, déjà condamné à de nombreuses reprises, interpellé par les policiers du commissariat de Béziers alors qu'il venait de projeter depuis l'extérieur de la prison, dans la soirée du 24 avril, un colis contenant des friandises, un écouteur et un chargeur de téléphone.

· Condamnation le 28 avril 2020, dans le cadre d'une procédure de reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC ou "plaider coupable"), à trois mois d'emprisonnement ferme d'un homme de 24 ans, interpellé par les policiers du commissariat de Béziers alors qu'il venait de projeter depuis l'extérieur de la prison, dans la soirée du 27 avril, un colis contenant de la viande et des briquets.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess