Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : les violences intra-familiales, priorité des parquets de Rennes et Saint-Malo

Depuis le début du confinement, trois auteurs de violences intra-familiales ont été jugés à Saint-Malo et condamnés à de la prison ferme. A Rennes, le procureur de la République exprime ses inquiétudes. Les parquets de Saint-Malo et Rennes renforcent le dispositif d'accompagnement des victimes.

A Paris lors de la journée des droits des femmes le 8 mars 2020
A Paris lors de la journée des droits des femmes le 8 mars 2020 © Maxppp - Julien Mattia

Depuis le début de la période de confinement, trois hommes ont été condamnés par le tribunal correctionnel de Saint-Malo dans des affaires de violences intra-familiales. Un quatrième a été présenté au parquet de Saint-Malo mais il a été laissé libre sous contrôle judiciaire avec l'interdiction de paraitre au domicile de la victime et d'entrer en contact avec elle. Dans les trois autres affaires, les trois prévenus sont passés en comparution immédiate et ont été condamnés à des peines de 2 ans , 9 mois et 6 mois de prison ferme. Ils ont été placés en détention à l'issue de l'audience.

Mobilisation

Dans un communiqué commun, la préfète de Bretagne Michèle Kirry, le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc et la procureure de la République de Saint-Malo Christine le Crom, affirment que le confinement peut exacerber les violences sexistes, sexuelles ou conjugales. Dans ce contexte, le dispositif d'information et d'accompagnement des victimes de violences a été renforcé et adapté.

- En cas d'urgence, l'appel au 17 "Police secours" est opérationnel en permanence et déclenche l'intervention de la police ou de la gendarmerie.

- Les commissariats et les gendarmeries restent ouverts à l'accueil des victimes. Sur son attestation de déplacement dérogatoire il suffit de cocher la case "motif familial impérieux".

- Un accueil est assuré via les plateformes de signalement en ligne des violences sexuelles et sexistes ; il faut se rendre sur https://arretonslesviolences.gouv.fr

- le 3919 répond du lundi au samedi (9h à 19h)

Le dispositif "Porteurs de parole"

Il est inscrit dans le "schéma départemental de lutte contre les violences faites aux femmes d'Ille-et-Vilaine", il s'agit du dispositif "Porteurs de parole" qui vient d'être lancé. Concrètement, un proche ou un voisin de la victime peut transmettre avec son accord des informations à des professionnels spécialisés qui pourront en toute confidentialité écouter, accompagner ou proposer un rendez-vous avec la victime notamment pour déposer plainte. Un bordereau permettant cette transmission est disponible sur le site www.ille-et-vilaine.gouv.fr

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu