Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : un homme décède à son arrivée au commissariat de Béziers

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Un SDF de 34 ans est mort dans la nuit de mercredi à jeudi dans la cour du commissariat de Béziers. Il avait été interpellé par une patrouille de la police municipale dans la rue, après le couvre-feu.

L' homme de 34 ans est décédé à son arrivée au commissariat de Béziers
L' homme de 34 ans est décédé à son arrivée au commissariat de Béziers © Maxppp - PIERRE SALIBA

Un biterrois de 34 ans est mort mercredi soir à son arrivée au commissariat de Béziers, malgré le massage cardiaque entrepris par un policier et poursuivi par les pompiers. Son décès a été constaté par le médecin à 23h30.

Cet homme était un toxicomane, connu des services de police nationale et municipale de Béziers. C'est une patrouille de trois policiers municipaux qui l'a repéré, déambulant avenue du 22 août 1944, après 22h, en infraction avec le confinement et le couvre-feu en vigueur, pris par arrêté municipal par Robert Ménard le 20 mars.

L'individu maintenu sur le ventre pendant son transport 

L'homme était très énervé. Il s'est rebellé et s'en est pris au véhicule des policiers municipaux qui l'ont interpellé. 

Selon le procureur de Béziers, "les policiers municipaux entendus dans la nuit en audition libre ont expliqué avoir eu des difficultés à le menotter puis à le faire entrer à l'arrière de leur véhicule en le maintenant sur le ventre. Un policier municipal se serait alors assis sur les fesses de l'individu encore très excité dans le but de le maintenir jusqu'à sa conduite au commissariat de police à quelques centaines de mètres du lieu d'interpellation. Il se serait calmé au cours du bref transport, les trois policiers affirmant l’avoir entendu "ronfler", leur laissant penser qu’il s’était endormi." 

Alors qu'ils le sortaient avec difficulté du véhicule, ils se sont aperçus qu'il bavait. Le policier du commissariat a alors remarqué que l'individu ne ventilait plus. Il a débuté un massage cardiaque, les pompiers ont pris le relais, en vain. 

Le procureur de la République de Béziers ainsi que le sous-préfet de Béziers se sont déplacés sur les lieux. Le corps du sans-abri a été transporté à l'institut médico-légal de Montpellier pour une autopsie qui devrait être pratiquée ce vendredi  et qui permettra de déterminer les causes de la mort. Le parquet de Béziers a confié la suite de l'enquête aux policiers de la sûreté départementale de Montpellier.

Un homme déjà condamné huit fois 

L'homme décédé, né à Béziers était sans emploi et père de trois jeunes enfants, séparé de leur mère qui en a la garde. Il était très connu de la police et de la justice. Il avait été condamné à huit reprises depuis 2005, en particulier pour des violences et des vols. 

Sa dernière condamnation remonte à la veille de sa mort, pour avoir volé de l'argent dans les mains d’une personne à la sortie d’un distributeur automatique de billets. Il avait alors été condamné à six mois d'emprisonnement ferme, mais sans mandat de dépôt.

La ligue des droits de l'homme appelle à une prise en charge humaine et adaptée des Sdfs en cette période de confinement

La ligue des droits de l'homme de Béziers et celle de l' Hérault s'interrogent dans un communiqué "sur les  modalités d’interpellation mise en oeuvre par la police qui semblent disproportionnées, Il est inadmissible qu’en France une personne décède du fait de sa pauvreté et de sa grande vulnérabilité sociale et de la mise en place de mesures d’exception comme le couvre feux.Pénaliser, contrôler et interpeller les personnes en déserrance ou vulnérables est contraire à la dignité de la personne humaine : nous appelons les pouvoirs publics à prendre en considération les personnes vulnérables selon des mesures adaptées."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu