Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement : une couturière de la Vienne se fait dérober des masques qu'elle donne pourtant gratuitement

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

"C'est lamentable", confie Lydie Courtabessis, une couturière bénévole de Buxeuil (Vienne) après s'être fait dérober plusieurs masques qu'elle venait de fabriquer, vendredi.

Lydie Courtabessis, la couturière bénévole de Buxeuil dans la Vienne
Lydie Courtabessis, la couturière bénévole de Buxeuil dans la Vienne © Radio France - Lydie Courtabessis

C'est une bien triste mésaventure qu'a vécue Lydie Courtabessis vendredi dernier. Cette couturière généreuse du village de Buxeuil, à la limite entre la Vienne et l'Indre-et-Loire, s'est faite voler plusieurs masques en tissu qu'elle venait de confectionner afin de les distribuer gratuitement aux habitants de la commune.

Le voleur aurait pu me demander tout simplement quelques masques, je n'en tire aucun argent

Comme l'ont relaté nos confrères de la Nouvelle République, les masques dérobés étaient en train de sécher dans le jardin de Lydie. Le portail de la maison est le plus souvent ouvert aux quatre vents. "Trop compliqué de l'ouvrir et de le fermer tout le temps", explique la couturière âgée d'une cinquantaine d'années. En situation d'invalidité après de graves problèmes de santé, elle se déplace difficilement à l'aide d'un déambulateur.

Les masques de Lydie
Les masques de Lydie © Radio France - Lydie Courtabessis

Les Français ont oublié l'entraide alors que c'est primordial

"J'ai commencé à coudre des masques pour ma famille, mes amis et mes voisins et maintenant, j'en fais pour tout le monde", raconte Lydie, dont les masques, à triple épaisseurs et disponibles en taille enfant et adulte, sont distribués gratuitement dans la boulangerie du village ou encore à l'Auberge épicerie de Lilette à Buxeuil.

Ma porte elle est ouverte à tout le monde, n'importe qui peut sonner chez moi et me demander un masque

Des masques à trois épaisseurs "qui ne laissent rien passer"
Des masques à trois épaisseurs "qui ne laissent rien passer" © Radio France - Lydie Courtabessis

Si la couturière bénévole de Buxeuil accepte encore les commandes, elle prévient qu'il va y avoir "du délai". "Là encore ce matin, j'ai une famille qui est venue en commander et qui m'a donné en échange du tissu, ils savent que leurs masques ne seront pas prêts avant jeudi prochain."

J'ai toujours aidé et j'aiderai toujours

Alors qu'elle ne touche que 470 euros par mois de pension d'invalidité, Lydie ne demande aucune contrepartie financière à ses masques. "Je le fais bénévolement", insiste-t-elle. La couturière, aidée par sa fille, a néanmoins grand besoin de tissus et surtout d'élastiques. Les dons sont évidemment les bienvenus. Au dernier décompte, Lydie avait fabriqué 350 masques. 

Le salon de Lydie Courtabessis transformé en atelier de couture.
Le salon de Lydie Courtabessis transformé en atelier de couture. © Radio France - Lydie Courtabessis
Choix de la station

À venir dansDanssecondess