Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinés dans un appartement, ces petits Bretons trouvent le temps long

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Depuis le début du confinement lié au coronavirus, toutes les familles vivent à la maison. Une situation difficilement supportable dans certains quartiers où les ressources financières ne permettent pas toujours d'avoir les outils informatiques suffisants, et l'espace nécessaire pour vivre ensemble.

Illustration d'un immeuble à Valence pendant le confinement
Illustration d'un immeuble à Valence pendant le confinement © Radio France - Claire Leys

Dans le quartier du Blosne à Rennes (Ille-et-Vilaine), les enfants passent le plus clair de leur temps sur le balcon. Depuis le début du confinement lié à l'épidémie de coronavirus, il n'est plus possible de sortir s'amuser dehors ou d'aller à l'école. Une situation difficile à vivre pour les habitants de ces barres d'immeubles. 

Un ordinateur pour cinq 

Dans l'appartement de Maryline, ses six enfants n'ont pas tous leurs chambres. Alors depuis le début du confinement, les moments de solitude et de tranquillités sont rares. "Des fois, ils se bagarrent, alors je crie 'tout le monde dans sa chambre !', sauf que ce n'est pas possible", plaisante la mère de famille.

Cette caissière ne peut plus travailler pour garder ses enfants. Alors elle tente de mettre en place la continuité pédagogique à domicile. "Le problème, c'est qu'il n'y a qu'un seul ordinateur pour tous les enfants. Les plus grands alternent, et les plus petites font avec mon téléphone portable, mais la connexion est très mauvaise". 

Pourtant, dans cette famille on sait que la situation pourrait être bien pire. "Il y a une camarade de classe de ma fille qui n'a ni téléphone, ni internet. Depuis le début du confinement, nous n'avons aucune nouvelle. Elle ne peut pas faire les devoirs. Il va y avoir de vrais écarts entre les enfants", s'inquiète cette maman. 

Les enfants ont conscience que la maman fait son maximum. "Elle court toute la matinée entre chacun d'entre nous pour nous aider. Elle désinstalle des applications sur son téléphone pour télécharger nos devoirs", raconte l'une des filles. 

C'est chiant parce que comme par hasard, il y a le confinement et il fait beau

Mais les devoirs, ce n'est pas toute la journée. "A 8h30 la connexion internet n'est pas trop mauvaise, alors il faut en profiter", raconte la maman. Mais les enfants eux, rêvent de sortir, de s'amuser avec leurs copains. "On a retrouvé des jouets à la cave pour s'amuser le plus possible. Sur le balcon, on a aussi un hamac. C'est chiant parce que comme par hasard, il y a le confinement et il fait beau. Du coup nous ça nous donne envie de sortir", s'agace la jumelle de 9 ans. 

Dans cette famille, la petite dernière, qui fête ses un an dans quatre jours, rythme aussi le quotidien de tout le monde. "On ne peut pas trop ouvrir la fenêtre pour la petite, sinon elle va tomber malade. Alors à l’intérieur il fait chaud. Puis elle pleure beaucoup, c'est très difficile a vivre", insiste l'élève de CM1. 

Des enfants qui osent à peine le dire a l'autre bout du téléphone, mais oui, ils rêvent de retourner à l'école. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu