Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Confisquer les deux-roues à moteur pour mieux combattre les rodéos urbains

dimanche 8 juillet 2018 à 19:12 Par Olivier Vogel, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Pour lutter contre le phénomène des rodéos motorisés, scooters et motos de cross, qui font bourdonner les oreilles des habitants, notamment dans certains quartiers urbains, Bruno Studer, député strasbourgeois (LREM), préconise la confiscation des véhicules.

L'amour du risque
L'amour du risque © Maxppp - Adrien Vautier

Strasbourg, France

Pour calmer les adeptes des acrobaties sur deux roues, et s'attaquer aux nuisances sonores et aux risques d'accident, Bruno Studer, le député strasbourgeois de La République en marche et deux de ses collègues parlementaires ont planché sur une proposition de loi qui vient d'être adoptée en première lecture à l'assemblée nationale. Elle prévoit de lourdes peines contre les adeptes mais surtout la confiscation de leur scooter ou moto. 

Il s'agit de donner un outil qui permet à la loi d'être efficace. Vous ne faites pas de rodéo si vous n'avez pas de véhicule. Bruno Studer, député bas-rhinois (LREM)

Mais dans le quartier des Ecrivains à Schiltigheim, au nord de Strasbourg, la mesure laisse les habitants sceptiques. Ils se disent certes excédés par ces rodéos motorisés qui les empêchent de se reposer ou de dormir mais doutent de l'efficacité de la confiscation des deux-roues. "Il faut déjà les choper" lâche Nicolas, "faut pas leur piquer leur véhicule, c'est un moyen de locomotion comme un autre" explique Françoise. Ahmed, lui, verrait plutôt des amendes et le retrait de points voire du permis de conduire pour les possesseurs de plus grosses cylindrées.