Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Confondu par les enquêteurs icaunais, il est jugé pour 16 cambriolages dans sept départements

-
Par , France Bleu Auxerre

Un homme accusé d'avoir commis seize cambriolages dans sept départements, dont l'Yonne, comparaissait ce jeudi devant le tribunal d'Auxerre. Les enquêteurs icaunais ont mené un long travail pour remonter la piste de ce suspect qui semble être un professionnel du recel de matériel informatique.

© Maxppp -

Auxerre, France

Une grosse affaire a été jugée ce jeudi après midi au tribunal correctionnel d'Auxerre. Un homme comparaissait pour 16 cambriolages commis entre avril et juin 2016, dans sept départements, dont l'Yonne. Il aurait dérobé pour près de 150 000 euros de matériel informatique, principalement dans des établissements scolaires. Dans notre département, les lycées agricoles de Venoy et de Champs-sur-Yonne en ont été les victime , avec 10 000 euros de matériel volé. C'est en enquêtant sur ces faits qui se sont produits dans la nuit du 19 au 20 juin dernier, que les gendarmes icaunais ont remonté la piste du suspect.

Les lycées agricoles étaient les cibles principales

Les gendarmes de l'Yonne sont d'abord interpellés par les ressemblances entre les cambriolages : souvent des lycées agricoles et toujours le même matériel volé : ordinateurs, appareils photos numériques et vidéo projecteurs. Durant leur recherche, ils se rapprochent des gendarmeries des départements voisins qui enquêtent des faits similaires et leur remontent jusqu'au suspect: un homme de 54 ans résidant à Épinal dans les Vosges. "Lors de la perquisition à son domicile, les enquêteurs ont retrouvé une liste manuscrite des établissement cambriolés, explique le président du tribunal lors du procès, beaucoup étaient des lycées agricoles. On suppose que le suspect les a choisis car ils sont particulièrement isolés et faciles à cambrioler de nuit ou le week-end."

Du matériel informatique revendu à l’étranger

Dans le dossier de l'instruction, on retrouve également le témoignage de l'ex-compagne de l'accusé qui décrit ses méthodes : il repérait les établissements scolaires sur internet et les choisissait dans un rayon de 400 kilomètres autour de chez lui . Ensuite il revendait le matériel informatique volé en Allemagne et en Suisse via des sites internet spécialisés dans les produits d'occasion comme Cash Converters. Les gendarmes ont en effet retrouvé les preuves des transactions grâce aux comptes fournis par le site. Enfin et surtout les enquêteurs sont parvenus à établir la présence du suspect sur tous les lieux des cambriolages grâce aux relais téléphoniques et aux radars routiers.

5 ans de prison ferme requis

L'homme accusé a reconnu la majorité des vols lors de son audience, mais s'est évertué à en nier certains. Il a par exemple nié avoir volé du matériel dans le lycée agricole de Venoy. "L'établissement était sur ma liste mais je n'ai pas eu le temps de le faire, à vous de me croire", explique-t-il alors qu'il n'est pas assisté d'un avocat lors de l'audience.

La procureur de la République d'Auxerre n'est pas dupe: "il nie spécialement les faits pour lesquels nous avons le moins de preuves, car il a pu consulté le dossier d'instruction. Cependant, il ne justifie pas sa présence à Venoy: son portable a été repéré grâce a un relais téléphonique dans le village, la nuit du cambriolage", précise-t-elle.

Comme l'homme a déjà été condamné 17 fois pour des faits similaires, de vols ou d'escroquerie, la procureure de la République a requis cinq ans de prison ferme. La décision sera rendue en délibéré le 4 mai.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu