Faits divers – Justice

Contraints de démolir leur propre maison

Par Julien Pasqualini, France Bleu Cotentin vendredi 27 juin 2014 à 17:57 Mis à jour le lundi 30 juin 2014 à 8:00

Dominique et Christine Andrzejewski sont en train de démolir leur maison à Réville, suite une décision de justice.
Dominique et Christine Andrzejewski sont en train de démolir leur maison à Réville, suite une décision de justice. © Radio France - Julien Pasqualini

Un couple de Réville, dans le Val-de-Saire, est contraint par la justice de démolir la maison dans laquelle il vivait depuis sept ans et ce avant ce mardi. En cause : le voisin d'en face, avocat, gêné par le vis-à-vis.

Enervés et écœurés. Dominique et Christine Andrzejewski finissent de démolir la maison dans laquelle ils vivaient depuis sept ans, rue de Crasville à Réville, dans le Val-de-Saire. Il ne reste plus que le plancher et quelques pans de murs à enlever. La cour d'appel de Caen a ordonné la destruction de l'habitation avant le 1er juillet, sous peine d'amende, et ce alors que la mairie avait accordé le permis de construire.

Les juges ont donné raison au voisin d'en face, qui a demandé l'annulation de ce permis, ne souhaitant pas avoir de vis-à-vis. Avocat de profession, il a utilisé une faille juridique pour arriver à ses fins. "Qu'un juge puisse décider de la démolition d'une maison, sans se rendre compte de ce qu'il y a derrière ", soupire Christine. "J'aurais bien aimé que les juges viennent, assistent à la démolition d'une maison. Parce que c'est la démolition d'une vie " poursuit-elle.

Un préjudice de 400 000 euros

Pour le couple, la décision de la justice est d'autant plus incompréhensible que la municipalité de Réville avait validé le permis de construire. Le maire, Yves Asseline, assure s'être à l'époque appuyé sur le feu vert de la DDE (Direction Départementale de l'Equipement). Mais la DDE se dédouane en expliquant que son avis est purement consultatif. "Au final, c'est donc le maire le responsable " se désespère Yves Asseline, qui refuse pourtant de porter le chapeau.

Les époux Andrzejewski ont porté plainte contre la mairie, et espèrent le remboursement du préjudice, soit 400 000 euros. En attendant, ils vont louer un petit appartement dans Réville...