Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Contre les violences urbaines à Longwy, un escadron de gendarmerie mobile déployé en renfort

-
Par , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu Lorraine Nord

Depuis deux jours, le calme est revenu dans le Pays-Haut après plusieurs semaines de violences urbaines sur les secteurs de Longwy et Mont-Saint-Martin. Samedi 25 avril, un escadron de gendarmerie a été mobilisé pour renforcer les effectifs de police dans la circonscription.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Le confinement et les contrôles d'attestation ont servi de détonateur dans les quartiers de Longwy et Mont-Saint-Martin, au nord de la Meurthe-et-Moselle. Ce secteur est le théâtre de violences urbaines depuis plusieurs semaines. De façon quasi hebdomadaire, les pompiers et les policiers sont sollicités, pour des feux de poubelles ou de véhicules avant d'être pris à partie.

Un escadron de gendarmerie mobile en renfort

Les syndicats de police, notamment Unité SGP Police FO 54, demandent depuis longtemps la création d'une compagnie de CRS sur place pour pallier le manque d'effectifs. Face aux récents événements, la préfecture de Meurthe-et-Moselle a déployé en renfort un escadron de gendarmerie mobile sur le secteur samedi 26 avril. Cela représente entre 40 et 50 militaires.

Un geste salué par le syndicat Unité SGP Police FO 54, qui regrette cependant d'avoir été entendu "qu'à moitié". "C'est très bien qu'on ait eu ce renfort, mais nous nous voulons une présence constante", martèle un syndicaliste. Il regrette en effet que ces militaires ne soient pas restés plus d'une nuit sur la circonscription. La préfecture assure que le secteur "reste un point de vigilance", même si elle observe un apaisement relatif des tensions depuis deux nuits.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess