Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Contrôles de police renforcés dans l'Eure pour le troisième confinement

Le préfet de l'Eure, Jérôme Filipini explique, sur France Bleu Normandie, quelles sont les modalités de ce troisième confinement qui commence ce vendredi soir à minuit. Il annonce davantage de contrôles de police.

Jérôme Filipini, préfet de l'Eure, assure que les contrôles de police vont se renforcer pendant le 3e confinement
Jérôme Filipini, préfet de l'Eure, assure que les contrôles de police vont se renforcer pendant le 3e confinement © Radio France - Laurent Phillipot

Le couperet est tombé. C'est reparti pour un troisième confinement. La Seine-Maritime et l'Eure font partie des 16 départements concernés par de nouvelles restrictions. Entretien avec le préfet de l'Eure, Jérôme Filipini.

Ce nouveau confinement, même s'il est différent des deux premiers était indispensable, selon vous? 

Oui, des mesures renforcées étaient devenues nécessaires dans l'Eure comme en Seine-Maritime, compte tenu de l'évolution sanitaire. Pour vous donner juste quelques chiffres dans l'Eure, nous avons un taux d'incidence qui est très élevé 289, qui avait augmenté fortement depuis début mars, un taux de positivité aussi très élevé. Dix pour cent sont des cas positifs, contre 8 en moyenne en France. Et puis des variants britanniques très dominants et une forte tension hospitalière qui commence à conduire à des déprogrammations. Donc, oui, il fallait réagir. 

C'est surtout cette tension hospitalière, d'ailleurs, sur laquelle a insisté Jean Castex, hier soir. Pour nos deux départements, c'était non contrôlable ?

Alors, à chaque étape de l'épidémie, il faut prendre les mesures adaptées pour la contrôler au mieux. On est parvenu jusqu'à maintenant dans ce département par le bon comportement de nos concitoyens, mais aussi par des mesures qui ont été appliquées, tout comme le port du masque dans tout le département, a limité. Mais force est de constater depuis quelques semaines que, notamment par la croissance du variant britannique, il fallait réagir. Il fallait des mesures plus fortes. 

J'aimerais qu'on revienne avec vous sur cette formule de Jean Castex "freiner sans enfermer". C'est un confinement, mais il y a tout de même beaucoup de souplesse ?

Oui, c'est un confinement différent des deux premiers que nous avons vécu avec confinement. C'est un vrai confinement. Je vais vous dire pourquoi, mais c'est un confinement adapté et ajusté compte tenu de la réalité qui a été observée, de la période dans laquelle nous sommes, avec l'arrivée du printemps, de l'allongement des journées. Et puis aussi des attentes de nos concitoyens qui sont prêts à faire des efforts, mais qui ont besoin qu'on leur laisse de la liberté et de la souplesse.  C'est une liberté qui repose aussi sur un équilibre. Vous savez, entre du contrôle et de la confiance, nos concitoyens ne veulent pas être infantilisés. Ils sont responsables. Ils doivent être responsables parce qu'on triomphera de ce virus ensemble et pas simplement avec des contrôles. J'en profite pour dire qu'il y aura. Oui, il y aura bien sûr des contrôles, notamment parce que les déplacements d'une région à l'autre ne seront pas autorisés. Donc, nous ferons des contrôles pour vérifier que des personnes qui passeraient d'Île de France en Normandie et dans l'Eure ont des raisons de le faire. Nous ferons des contrôles sur le respect du couvre feu, encore une fois à partir de 19 heures et jusqu'à 6 heures du matin sur les commerces qui doivent rester fermés. Bien sûr, et sur le respect des jauges. Et puis sur les rassemblements, parce que ça irait faire du sport ? Oui, mais se rassembler en nombre, former, des groupes importants, rester près des commerces qui font de la vente à emporter pour faire des quasi terrasses de café, ça non.  

Pouvez-vous nous détailler un peu quels commerces vont rester ouverts ou fermés, sachant qu'on a appris il y a quelques instants de la part de Gabriel Attal, le porte parole du Gouvernement, que les coiffeurs, par exemple, vont rester ouverts? Alors les coiffeurs, pourquoi pas les fleuristes?

Alors effectivement, il y a une distinction qui revient entre les commerces de première nécessité sont donc ceux dont on a besoin pour notamment s'alimenter chaque jour. Et puis un certain nombre d'autres commerces. Donc la liste va être précisée dans la journée. Elle fera l'objet d'un décret qui va être publié ce soir ou dans la nuit. Donc, vous connaissez déjà une partie de cette liste ? Ce sont tous les commerces qui permettent effectivement de s'alimenter et d'acheter des produits de première nécessité. Les libraires, les disquaires avaient été inclus dans cette liste déjà depuis plusieurs semaines. Et puis, vous avez entendu. Effectivement, comme moi, le porte parole du Gouvernement a annoncé que les coiffeurs, avec un protocole adapté vont pouvoir aussi rester ouverts.

D'autres professions aussi, à votre connaissance ?

Alors, tout ça va être précisé dans la journée. Je pense qu'il faut qu'on soit attentif à ce qui va être précisé.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess