Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Contrôles discriminatoires envers des lycéens d'Épinay : la justice condamne l'État pour "faute lourde"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

La cour d'appel de Paris a condamné, ce mardi, l'État pour "faute lourde" dans l'affaire des contrôles discriminatoires dénoncés en 2017 par des jeunes lycéens d'Épinay-sur-Seine (Seine-Seine-Denis) en gare du Nord, au retour d'une sortie scolaire.

Gare du Nord. Photo d'illustraion
Gare du Nord. Photo d'illustraion © Maxppp - Maxppp

La cour d’appel de Paris a condamné l'État, ce mardi 8 juin 2021, pour "faute lourde" dans l'affaire des contrôles discriminatoires en gare du Nord, selon les informations de France Inter. L’Etat doit verser 1.500 euros à chacun des trois plaignants en réparation du préjudice moral subi.

"C'est une décision de la Cour d'appel de Paris et c'est une juridiction prestigieuse", se félicite l'avocat des plaignants, Me Slim Ben Achour. "C'est une décision qui va contraindre les autorités à voir différemment la problématique par ce que les juges sont de plus en plus sévères avec la façon dont l'Etat justifie des contrôles d'identité."

Ilyas, Mamadou et Zakaria estiment avoir été victimes de contrôles discriminatoires en gare du Nord, en 2017, alors qu'ils rentraient d'un voyage scolaire à Bruxelles avec leur lycée d'Épinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis). Lors de leur arrivée en gare, un premier élève est contrôlé par des policiers, dès la descente du train. Puis deux autres élèves dans le hall. Les policiers expliqueront plus tard avoir été intrigués par ces deux hommes, jeunes, seuls (ils s'étaient éloignés du groupe), transportant de gros sacs. 

La justice avait débouté les trois jeunes en première instance, mais ces derniers avaient décidé de faire appel. "Mon père me disait que c'était impossible de gagner contre l'Etat", témoigne Zakaria. "Mais on n'a pas lâché l'effort, et ça a payé. On espère que ça va changer, les contrôles pour rien. L'argent, c'était pas vraiment important, c'était plus pour que les choses changent. Et si c'est grâce à moi, ça va me faire chaud au coeur, c'est comme si j'avais gagné un million."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess