Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

COP21 : 160 militaires supplémentaires mobilisés dans les Ardennes

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne
Charleville-Mézières, France

L'état d'urgence, en vigueur depuis 10 jours en France, a été prolongé pour 3 mois. Il implique, entre autres, d'avantage de contrôles aux frontières. Le préfet des Ardennes, Frédéric Périssat, fait le point et annonce aussi des renforts pour assurer la sécurité de la COP21.

Des renforts de militaires attendus dans les Ardennes le temps de la COP21
Des renforts de militaires attendus dans les Ardennes le temps de la COP21 © Maxppp

Depuis la déclaration de l'état d'urgence par François Hollande, au lendemain des attentats de Paris, les contrôles sont renforcés aux frontières entre les Ardennes et la Belgique. Les polices françaises et belges travaillent en commun pour surveiller les 70 points de passage entre les deux pays : "Lorsqu'une patrouille surveille un point, une autre en surveille un autre, en coopération avec les autorités belges", explique Frédéric Périssat, le Préfet des Ardennes.

"Une frontière est par définition non étanche" - Frédéric Périssat

Avant même l'épisode des attentats de Paris, le Préfet des Ardennes avait organisé une réunion avec ses homologues belges "Pour mieux se connaître et être plus réactif". Et dès le 30 novembre, date de début de la COP21, la conférence de Paris sur le climat, le département des Ardennes bénéficiera d'un renfort : 160 militaires supplémentaires. "Nous verrons ensuite, en fonction de l'actualité et du niveau de vigilance, si nous pouvons alléger le dispositif ou si nous devons le maintenir à son niveau maximum", précise Frédéric Périssat.

L'état d'urgence permet aussi aux autorités françaises d'effectuer des perquisitions administratives. A ce jour il y en a eu 9 dans le département des Ardennes, mais aucune n'a abouti à des interpellations.

Frédéric Périssat, le Préfet des Ardennes

Choix de la station

À venir dansDanssecondess