Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Cornavirus : 100 personnels du CHU de Nîmes positifs au Covid-19

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Au CHU de Nîmes, 100 personnels sont positifs au Covid-19 selon la CGT. Un état de fait lié au manque d'équipements de protection estime le syndicat qui veut, avec d'autres, porter plainte.

L'entrée du servie des Urgences au CHU de Nîmes
L'entrée du servie des Urgences au CHU de Nîmes © Radio France - Tony Selliez

100 personnels du CHU de Nîmes testés positifs au Covid-19 selon un décompte de la CGT établi mardi 7 avril. La direction de l'établissement avait elle-même dénombré 79 personnes positives le vendredi 3 avril, la CGT en ajoute 21 autres depuis ce week-end, total 100.

Aucune précision sur les services auxquels elles appartiennent. Devant cette situation, la CGT du CHU de Nîmes, en lien avec d'autres syndicats, portera plainte contre les gouvernements successifs organisateurs, dit-elle, du manque de moyens de protection.

La CGT refuse la double peine

Une situation inadmissible pour la CGT même si elle reconnaît que la direction a fait son travail en ce domaine dans un contexte de manque d'équipements de protection ; mais les résultats ne sont pas là.

Et la CGT refuse ce qu'elle appelle une double peine pour ces personnels : d'abord la maladie, et ensuite une sanction financière avec le jour de carence toujours maintenu et en supplément la suppression d'une partie des primes au prorata du temps de l'arrêt de travail.

Un accident du travail

Devant l'issue incertaine de la maladie, des soignants sont morts en France, la CGT demande qu'à défaut d'avoir eu droit à une prévention, ces personnels hospitaliers aient droit au moins à une vraie réparation. Ce devrait être, pour ces personnels hospitaliers la reconnaissance en accident du travail.

Ce ne serait plus à la branche générale de la Sécurité Sociale de payer mais à la branche accidents car il y a, explique le syndicat, une défaillance de l'employeur. De plus, en cas d'issue fatale, ce serait une vraie protection pour les ayants-droits.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu