Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : 6.266 détenus en moins dans les prisons afin d'éviter une propagation de l'épidémie

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le nombre de détenus dans les prisons françaises a diminué de 6.266 personnes entre le 16 mars et le 1er avril, a indiqué vendredi à l'AFP le ministère de la Justice. Ce dernier a pris des mesures visant à désengorger les prisons afin d'éviter une propagation du coronavirus.

La prison de Fresnes (illustration)
La prison de Fresnes (illustration) © AFP - STEPHANE DE SAKUTIN

Au 1er avril, il y avait 66.309 détenus dans les 188 prisons françaises contre 72.575 le 16 mars, selon les chiffres du ministère de la Justice communqiués ce vednredi à l'AFP.

Cette baisse inédite de 6.266 détenus est liée à la fois à une diminution de l'activité judiciaire, ce qui entraîne une réduction du nombre de nouveaux détenus, et à des libérations anticipées.

Des détenus en fin de peine ou malades

Dans le cadre de la loi sur l'état d'urgence sanitaire, le ministère de la Justice avait présenté le 23 mars dernier aux organisations syndicales des ordonnances de simplification permettant ces libérations des détenus en fin de peine qui avaient été incarcérés pour des délits mineurs et qui ont eu un bon comportement lors de leur incarcération.

La Chancellerie a ciblé les détenus dont les reliquats de peine sont inférieurs à deux mois et a voulu simplifier les libérations sous contrainte, qui permettent actuellement à certains détenus ayant purgé les deux tiers d'une peine de prison de moins de cinq ans d'achever le dernier tiers hors de prison.

La pose des bracelets électroniques étant suspendue en raison du coronavirus, cette simplification se ferait uniquement sous la forme de libérations conditionnelles.

L'aménagement de peine n'est pas systématique. En seraient notamment exclus les détenus incarcérés pour des faits de terrorisme, de violences conjugales ou visés par des procédures criminelles.

La ministre Nicolas Belloubet a également donné instruction de ne pas mettre à exécution les courtes peines d'emprisonnement pour ne pas faire entrer de nouvelles personnes en prison.  

Prisons surpeuplées

Les prisons françaises souffrent de surpopulation chronique. Elles comptent actuellement plus de 66.000 détenus pour quelque 61.000 places opérationnelles.

Depuis l'annonce de la suspension des parloirs, des dizaines d'établissements pénitentiaires - sur 188 - ont été touchés par des incidents, parfois violents.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess