Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus au Pays basque : des prisonniers libérés ?

-
Par , France Bleu Pays Basque

La ministre de la justice Nicole Belloubet a annoncé ce lundi vouloir libérer 5.000 détenus en France pour éviter la propagation du virus entre les barreaux, au Pays basque, des détenus d'ETA pourraient être concernés.

En janvier dernier, environ 10 000 personnes avaient manifesté entre autres pour demander la libération des prisonniers d'ETA pouvant bénéficier de libération conditionnelle.
En janvier dernier, environ 10 000 personnes avaient manifesté entre autres pour demander la libération des prisonniers d'ETA pouvant bénéficier de libération conditionnelle. © Radio France - Anthony Michel

La ministre de la justice a annoncé ce lundi aux organisations syndicales vouloir libérer environ 5.000 prisonniers en France afin d'éviter une propagation du virus COVID-19 derrière les barreaux.

Au Pays basque, de nombreux prisonniers incarcérés pour des faits relatifs à ETA pourraient être concernés explique l'avocate de plusieurs d'entre eux Me Maritxu Paulus Basurco. "Nous avons des détenus très âgés qui vont fêter leur 70ème anniversaire, et certains ont des pathologies, et sont donc des sujets à risque, ils rentrent dans les critères de la chancellerie", explique l'avocate.

Parmi les critères de libération, il faut que le détenu soit en effet malade, ou qu'il soit en fin de peine, "moins de deux mois", selon des sources proches du dossier. "Nous avons pas de prisonniers qui sont en toute fin de peine", détaille Me Paulus Basurco.

Selon l'avocate, pour le moment, aucun cas de coronavirus n'a été recensé dans les prisons où sont encore incarcérés les prisonniers d'ETA.

Exclus les dossiers de terrorisme ?

Mais l'interrogation reste de savoir si les prisonniers d'ETA pourront bien en effet bénéficier de ces aménagements de peine. Selon ces mêmes sources proches du dossier, il semblerait que ces aménagements ne soient pas systématiques, et que certains cas, comme ceux liés au terrorisme soient exclus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu