Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : Claire Loupiac, la veuve de l'urgentiste jurassien, porte plainte pour homicide involontaire

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Claire Loupiac porte plainte contre X pour homicide involontaire après la mort de son mari Eric Loupiac, médecin urgentiste à l'hôpital de Lons-le-Saunier. Il est décédé du coronavirus le 23 avril.

L'entrée de l'hôpital de Lons-le-Saunier, où le Dr Eric Loupiac était urgentiste.
L'entrée de l'hôpital de Lons-le-Saunier, où le Dr Eric Loupiac était urgentiste. © Maxppp - maxppp

Elle avait promis de porter plainte après la mort de son mari. C'est chose faite depuis ce lundi : Claire Loupiac, la veuve de l'urgentiste jurassien Eric Loupiac, a déposé plainte contre X pour "homicide involontaire", "non-assistance à personne en danger" et "omission de porter secours". Le parquet de Lons-le-Saunier confirme avoir bien reçu la plainte et une enquête préliminaire sera ouverte d'ici la fin du mois d'août. Le Dr Eric Loupiac, très connu dans le Jura, exerçait à l'hôpital de Lons-le-Saunier. Il est mort du Covid-19 le 23 avril 2020, à l'âge de 60 ans.

"Des dysfonctionnements graves"

Claire Loupiac "estime que son mari a été mis en danger inutilement par des carences de l'administration", selon son avocat Me Antoine Vey ce mardi. "Le simple fait qu'un médecin urgentiste contracte une maladie sur son lieu de travail établit en soi une forme de manquement", affirme l'avocat. Claire Loupiac le confie depuis la mort de son mari et son avocat prend le relais désormais : "le Dr Loupiac avait très tôt pointé des dysfonctionnements très graves dans l'organisation notamment de l'accueil du public, des malades du Covid-19, qui étaient en contact direct avec le corps médical, et deuxièmement quant au fait que les médecins n'étaient pas équipés des masques qui auraient pu les protéger. La direction de l'hôpital n'a pas mis en place les mécanismes qui permettaient de protéger les soignants et il est absolument évident que le docteur Loupiac a contracté le Covid-19 sur son lieu de travail. A partir de là, il y a des responsabilités qui peuvent découler sous différentes qualifications et qui justifient à notre sens ce dépôt de plainte".

La direction se défend

De son côté, la direction de l'hôpital de Lons-le-Saunier, contactée en mai, avait affirmé avoir mis des masques et du matériel à disposition des soignants dès février. Elle soutenait qu'une filière dédiée au Covid-19 avait été installée à l'accueil des urgences. Eric Loupiac, également représentant de l'Association des médecins urgentistes de France (Amuf) dans le Jura, avait alerté le comité d'hygiène et de sécurité de son hôpital le 2 mars.

Une plainte contre X

Claire Loupiac avait d'abord envisagé de déposer plainte contre le ministre de la Santé Olivier Véran, l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn, l’Agence Régionale de Santé de Bourgogne-France-Comté et le directeur de l’hôpital de Lons-le-Saunier (Jura), comme elle l'avait indiqué en mai, elle a finalement décidé de déposer plainte contre X : "On a essayé d'avoir une démarche qui n'est pas une démarche politique mais une démarche judiciaire", explique son avocat, dénonçant "des faits précis qu'on porte à l'attention du procureur de la République en lui demandant de faire une enquête. Quand on commence à déposer une plainte en identifiant quelqu'un c'est qu'on a la conclusion avant l'enquête. Nous, on a juste relevé des faits qui nous paraissent être susceptibles d'être qualifiés pénalement, et on attendra que l'enquête établisse les responsabilités. (…) On n'est pas dans une accusation gratuite, on est dans la demande visant à ce que des investigations soient conduites".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess