Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : colère et inquiétude des familles de résidents de l'Ehpad de Mougins

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Plusieurs familles qui ont perdu un proche dans l'Ehpad Korian La Riviera de Mougins portent plainte contre X. Elles réclament que la lumière soit faite sur les responsabilités de chaque acteur dans ce drame sanitaire. 36 personnes sont décédées depuis le début de l'épidémie de Covid-19.

Un corbillard sort de l'ehpad Korian La Riviera à Mougins, 34 personnes sont mortes infectées par le Covid-19
Un corbillard sort de l'ehpad Korian La Riviera à Mougins, 34 personnes sont mortes infectées par le Covid-19 © Maxppp - Dylan Meiffret PHOTOPQR/NICE MATIN

Les parents de résidents encore en vie sont très inquiets et se sentent impuissants pour certains. La situation est dramatique au sein de l'Ehpad La Riviera de Mougins. Depuis le 15 mars, 36 résidents sont décédés et tous étaient positifs au Covid-19.

Des tests ont été pratiqués le week-end dernier sur les soignants et seulement lundi 6 avril sur l'ensemble des résidents - ils étaient 109 avant l'épidémie de coronavirus, ils n'étaient plus que 75 lundi - 33 tests se sont révélés positifs, 19 non concluants, seuls 23 sont négatifs, soit le cinquième de l'effectif initial de l'Ehpad. 

un collectif de familles endeuillées dépose plainte

Plusieurs plaintes déposées contre X

Maître Fabien Arakélian, avocat dans les Hauts-de-Seine, défend un collectif de quatre familles endeuillées, dont l'une a déjà déposé une plainte contre X pour "mise en danger de la vie d'autrui" devant le parquet de Grassse. L'avocat s'apprête à déposer une autre plainte pour "homicide involontaire", "mise en danger de la vie d'autrui", et "non assistance à personne en danger".  

"On pratique des tests sur les résidents le lundi 6 avril seulement. Il y a de nombreuses questions qui se posent sur les responsabilité pénales de chacun. Il faut définir ces responsabilités, mais il y a aussi des questions morales" - Me Fabien Arakélian

L'avocat explique que "c'est un deuil très particulier que vivent les familles qui ont perdu un proche, parce qu'elles ont en face d'eux l'omerta et la loi du silence, parce qu'elles ne parviennent pas à avoir des informations crédibles.

"Il faut que ça s'arrête" : le cri de colère d'un petits-fils endeuillé

Arnaud est "très en colère". Sa grand-mère, Odette Noyer, réside dans cet Ehpad depuis juillet 2018. Elle venait de fêter ses 94 ans fin mars. Il fait partie des parents de résidents qui portent plainte.

"C'est scandaleux ce qui se passe, il faut définir des responsabilités". Arnaud déplore le manque d'information de la part de la maison de retraite : "on appelait plusieurs fois par jour, on n'arrivait pas à avoir ma grand-mère, il fallait passer par le standard. On a réussi à avoir la direction le 30 mars vers 17h, elle nous dit tout va bien, et le lendemain matin on me dit qu'elle est morte la veille à 22 heures. Une autre personne du collectif a été prévenue du décès de son père par un sms des pompes funèbres lui réclamant des papiers."

Il y a toujours eu, selon lui, des dysfonctionnements dans cet établissement : "Ma mère y allait presque chaque jour, elle avait déjà fait remonter des soucis à la direction mais elle était vue comme une enquiquineuse. C'est scandaleux, au prix où on paye, 3.500 euros par mois. .J'ai appris l'ampleur du scandale en lisant le journal Nice Matin. Il a fallu un tapage médiatique, la colère des victimes pour que ça avance. Il y a encore des personnes vivantes que l'on peut sauver, je veux que ça s'arrête. "

Michelle, inquiète pour sa mère de 91 ans 

La mère de Michelle, âgée de 91 ans, est hébergée dans cet Ehpad depuis quatre ans. "On a reçu un e-mail mardi soir, elle a été testée négative, elle est seule dans une chambre au 2e étage, une infirmière s'occupe d'elle". 

Michelle, fille d'une résidente de 91 ans

"Je me fais un souci monstre, je vois l'étau se resserrer, il y a de plus en plus de décès, je me dis la prochaine c'est maman, forcément c'est humain".

Michelle essaie de changer sa mère de maison d'établissement "mais les autres maisons de retraite sont débordées ou peu coopératives. Je ne peux pas prendre ma mère chez moi car elle ne peut plus bouger, elle a besoin de soins importants chaque jour, elle ne mange plus seule, je ne sais pas dans quel état je vais la retrouver." 

Michelle a rendez-vous en visio-conférence avec elle prochainement. "Le plus difficile est de se dire que je ne pourrais pas l'accompagner jusqu'à la fin et peut-être dans ses derniers moments. "

Une inspection de l’ARS est lancée depuis lundi au sein de l'Ehpad, avec une équipe sur place pour vérifier que les résidents présentant des symptômes et ceux n’en présentant pas ont bien été séparés.

Concernant l'enquête pénale, les sections de recherche des gendarmeries de Marseille et de Cannes ont été saisies. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess