Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Le Coronavirus Covid-19 est arrivé en Picardie : une cellule de crise et un numéro mis en place

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Picardie, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu Nord

Deux cas de personnes contaminées au Coronavirus Covid-19 ont été décelés dans les Hauts-de-France : un homme de 60 ans qui est décédé dans la nuit de mardi à mercredi et un homme de 55 ans hospitalisé dans un état grave à Amiens. Une cellule de crise est ouverte et un numéro spécial mis en place.

Le Coronavirus Covid-19 est arrivé en Picardie.
Le Coronavirus Covid-19 est arrivé en Picardie. © Maxppp - Sebastian Gollnow

Le Coronavius Covid-19 est de retour en France. En tout, depuis le début de l'épidémie, 17 cas avérés ont été recensés dans la métropole, dont trois nouveaux cas ce mercredi 26 février. Sur ces trois cas, deux concernent la Picardie

Un homme de 60 ans est décédé dans la nuit de mardi à mercredi à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris. Il s'agit d'un enseignant de Crépy-en-Valois dans l'Oise. Il était en arrêt de travail depuis le 12 février et n'a pas fréquenté son établissement scolaire depuis. Les parents, élèves, enseignants et autres personnels de l'établissement où il travaillait, le collège Jean de la Fontaine, ont été avisés, a indiqué le rectorat.

L'homme avait en revanche séjourné à l'hôpital de Creil (Oise), où un plan blanc a été déclenché, ce mercredi. Le déclenchement du plan blanc permet la mise en place d'une cellule de crise, la mobilisation du personnel, voire le rappel de ceux qui ne travaillent pas, et la mise en place de lits supplémentaires si besoin. Il permet aussi de répertorier tous les personnels qui ont été en contact avec le patient, afin de déterminer s'il y a lieu de les placer à l'isolement ou d'effectuer des dépistages.

En raison du délai d'incubation et d'apparition de la maladie, qui est "de 14 jours au maximum", "seuls les parents, adultes et enfants, collègues ou parents d'élèves ayant été en contact avec cette personne et dont les symptômes (fièvre, toux, difficultés respiratoires) ont débuté entre le 12 février et le 25 février inclus sont invités à se manifester auprès du 15", a indiqué Etienne Champion, directeur général de l'agence régionale de santé des Hauts-de-France. 

"Nous avons dépassé la période d'incubation, a insisté Etienne Champion. Les personnes qui développeront des symptômes postérieurement à aujourd'hui ne seront pas concernées par le coronavirus."

Parmi ces trois nouveaux cas, un second malade est un Français de 55 ans, hospitalisé à Amiens "dans une situation clinique grave [...] en réanimation", selon le ministère. Il est également originaire de l'Oise. 

Une cellule de crise a été mise en place dans la région "pour répondre à toutes les questions des personnes se sentant directement concernées par cette situation dans les Hauts-de-France". Un numéro est à disposition : 03.20.30.58.00. Cette cellule est joignable tous les jours, de 8h30 à 17h30.

D'où est venue la contamination ? 

Les deux personnes contaminées par le nouveau coronavirus et détectées dans les Hauts-de-France "ne s'étaient pas rendues dans des zones d'exposition à risque", a précisé ce mercredi après-midi Etienne Champion, directeur général de l'agence régionale de santé des Hauts-de-France. "C'est pourquoi, dans un premier temps, ils n'ont pas été identifiés comme des cas possibles de coronavirus. Les investigations sont encore en cours à cette heure pour déterminer la source de ces deux contaminations", a-t-il précisé. La cellule de crise travaille actuellement à l'identification des personnes avec lesquelles ces deux patients ont été en contact rapproché, dont les personnels soignants.

C'est "la dégradation préoccupante de l'état de santé de la victime" qui a conduit à procéder à un test de coronavirus et au transfert du patient le 25 février à La Pitié-Salpêtrière, a précisé M. Champion.

Le responsable de l'ARS a par la suite précisé à l'AFP qu'aucun lien entre les deux hommes n'a pour l'heure été identifié. "Aucun élément ne permet aujourd'hui de dire" qu'ils se connaissaient, qu'ils avaient des connaissances communes ou qu'ils avaient fréquenté des lieux communs. L'enseignant décédé avait d'abord été hospitalisé à Creil, tandis que le patient d'Amiens, "un civil travaillant sur la base militaire de Creil", avait été hospitalisé à Compiègne.

Le troisième cas avéré ce mercredi est un homme français revenant d'un séjour en Lombardie (Italie), hospitalisé à Annecy en Haute-Savoie. Âgé d'une soixantaine d'années, il ne présente pas de signes graves.

Pour toute question non médicale autour du coronavirus, un numéro vert : 0800 130 000.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu