Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : infos pratiques et astuces du quotidien

Coronavirus - Des escrocs profitent de la crise pour arnaquer les hôpitaux, les pharmacies et les EHPAD

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Au coeur de cette crise sanitaire, les escroqueries se multiplient et ciblent principalement les établissements de santé. La technique est simple : les escrocs usurpent l'identité d'un fournisseur de masques ou de gel. Les clients envoient l'argent mais ils ne reçoivent jamais leur commande.

Les arnaques aux livraisons de masques se multiplient
Les arnaques aux livraisons de masques se multiplient © Radio France - FRANCOIS CORTADE

On appelle cette escroquerie "l'arnaques au président". Ce type d'arnaques est apparu vers 2010 et s'est ensuite étendu avec le développement d'internet. 

En ce moment, cette arnaque se multiplie. "Plusieurs dizaines d'escroqueries sont signalées depuis 15 jours, sans compter les entreprises qui ne s'en sont pas encore aperçues en attendant une commande qui ne viendra pas, ou qui ne veulent pas porter plainte", indique une source policière. Les escrocs profitent du manque de matériel principalement dans les établissements de santé pour les arnaquer.

Un mode opératoire très simple

Le scénario est basique. L'arnaqueur usurpe l'identité d'un fournisseur. Il contacte, en son nom, un hôpital, une pharmacie, un EHPAD, une collectivité locale et lui propose de passer une commande de masques ou de gel.

Le client ne se méfie pas car le fournisseur dont le nom a été détourné est souvent connu et travaille même parfois déjà avec l'établissement visé par l'escroc. Une grosse commande est passée, payée mais les masques ou le gel demandés ne seront jamais livrés.

L'argent est détourné, la plupart du temps, vers un paradis fiscal. Le butin des escrocs peu atteindre plusieurs millions d'euros.

Dans les Yvelines, une société fournissant des pharmacies a effectué un premier versement de 15.000 euros à un fournisseur en Inde. Le deuxième versement a été bloqué à temps. L'enquête est en cours. 

Avant de passer commande appelez le fournisseur au numéro habituel, conseille la police

Bien souvent, le "vrai-faux fournisseur" appelle avec un numéro français alors qu'il est à l'étranger, et il met en avant le confinement et le télétravail pour expliquer que le numéro est différent de celui utilisé d'habitude par le fournisseur. 

Pour éviter l'arnaque, Anne-Sophie Coulbois, patronne de l'Office central pour la répression de la grande délinquance financière, recommande de s'assurer qu'il s'agit bien du bon fournisseur "en le rappelant avec les coordonnées habituelles. "

Il ne faut pas céder à la pression

"On comprend le contexte de l'urgence, du manque de masques et de gel. Ils mettent la pression en disant que leur stock part vite", explique Anne-Sophie Coulbois, en mettant en garde les potentielles victimes.

Les escrocs "vous contactent soit par téléphone, soit par mail, expliquent qu'ils vont recevoir un stock et qu'il faut un virement rapide avant que le stock ne parte", détaille-t-elle. "Il ne faut pas céder à la précipitation même s'ils mettent la pression", ajoute-t-elle. Elle conseille aussi de "ne pas prendre la décision seul, en parler à un collègue". 

Anne-Sophie Coulbois conseille enfin aux victimes de "contacter sa banque pour essayer de rapatrier les fonds et porter plainte".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu