Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉOS - Coronavirus : des milliers de participants à un carnaval non déclaré à Marseille

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Provence, France Bleu

À Marseille, ils étaient des milliers à assister ce dimanche au carnaval des quartiers entre La Plaine et la Canebière. Evénement non déclaré, la préfecture de police des Bouches-du-Rhône dénonce "l'irresponsabilité des participants en pleine épidémie de Covid-19". Neuf personnes sont interpellées.

Des milliers de participants au carnaval des quartiers Noailles, Réformés, La Plaine à Marseille
Des milliers de participants au carnaval des quartiers Noailles, Réformés, La Plaine à Marseille - crédit photo Sarah Boualem

À Marseille, des milliers de personnes ont participé ce dimanche au traditionnel carnaval des quartiers entre La Plaine et la Canebière. Événement non déclaré cette année en raison de la crise sanitaire, précise la préfecture de police des Bouches-du-Rhône qui dénonce "l'irresponsabilité des participants en pleine épidémie de Covid-19". La préfecture de police a recensé jusqu'à 6.500 personnes dans la rue, dont beaucoup ne portaient pas de masque. 

Les participants au carnaval assument : "Ça fait du bien, ça fait au moins un an qu'on ne s'était pas tous retrouvés dans la rue", reconnaît Ludmilla, une étudiante carnavalière. "C'était la fête et on avait presque oublié (...) c'est interdit mais c'est nécessaire aussi, pour le moral"

"Ça fait du bien, ça fait au moins un an qu'on ne s'était pas tous retrouvés dans la rue" - Ludmilla, une participante au carnaval

"J'ai trouvé ça super, j'ai passé une bonne journée"- Ludmilla, une participante au carnaval

Des verbalisations ont d'ailleurs été dressées pour non-port du masque. Selon les informations de France Bleu Provence, les forces de l'ordre mobilisées se tenaient à distance en fin d'après-midi avant d'intervenir vers 18h30 pour une manœuvre de dispersion, secteur Canebière. À ce moment-là, une première interpellation est effectuée pour jet de projectile.

Un évènement illégal qui provoque l'indignation

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Dans un tweet, la préfecture des Bouches-du-Rhône précise que l'événement n'est pas déclaré et que les gestes barrières sont loin d'être respectés. Sur les photos diffusées sur les réseaux sociaux, on ne voit pas beaucoup de masques portés au visage et les distances physiques ne sont pas franchement observées. 

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Plusieurs interpellations en fin de journée

En fin de journée, la situation se tend dans le secteur. Une autre évacuation a lieu vers 19h30 place Jean-Jaurès où se trouvent plus de 1.000 personnes, les policiers essuyant de nombreux jets de projectiles et de mortiers. La préfecture précise qu'un dispositif de contrôle avait été mis en place aux abords du parcours pour verbaliser le non-respect des gestes barrières.  "A plusieurs reprises au cours de la journée, et dès lors que les  conditions de sécurité étaient réunies, les forces de l'ordre sont  intervenues pour disperser la foule et mettre fin immédiatement aux  dégradations", écrit la préfecture dans un communiqué. Finalement, neuf personnes ont été interpellées et des dizaines de verbalisations ont été dressées.

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur dénonce ce lundi matin un carnaval "totalement inacceptable, alors que tous les Français font des efforts".

"Rien ne justifie qu’on détruise les efforts collectifs pour endiguer le virus." - Benoît Payan

Ce dimanche soir, du côté de la mairie de Marseille, Yannick Ohanessian, adjoint au maire en charge de la Tranquillité publique condamne les dégradations commises à la suite du défilé. À 21h45 le maire de la ville Benoît Payan réagit sur Twitter : "Rien ne justifie qu’on détruise les efforts collectifs pour endiguer le virus ! Rien ne justifie qu’on profane le lieu des effondrements de la Rue d’Aubagne !" Des scènes ont en effet choqué les riverains des immeubles effondrés des 63 et 65 rue d'Aubagne. Le lieu où huit personnes sont mortes est désormais dédié à la mémoire des victimes. Selon La Provence, des carnavaliers ont transformé le lieu "en pissotière".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Intervention des forces de l'ordre à la Plaine
Intervention des forces de l'ordre à la Plaine © Radio France - Philippe Boccara
Beaucoup de monde à la tombée de la nuit à la Plaine
Beaucoup de monde à la tombée de la nuit à la Plaine © Radio France - Philippe Boccara
Choix de la station

À venir dansDanssecondess