Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

VIDÉO - Coronavirus : comment se passe le dépistage ?

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

La France s'apprête à passer à la phase 3 épidémie du coronavirus. Le nombre de tests se multiplie sur tout le territoire. Mais comment cela se passe-t-il concrètement ? Du centre d'appel du Samu au laboratoire, reportage ce vendredi à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil.

Le diagnostic des tests des patients potentiellement atteints par le coronavirus est réalisé au sous-sol de l'hôpital.
Le diagnostic des tests des patients potentiellement atteints par le coronavirus est réalisé au sous-sol de l'hôpital. © Radio France - Alexandre de Moussac

D'ici quelques jours, la France passera en phase 3 épidémie du coronavirus. Elle est déclenchée lorsque le virus se répand sur tout le territoire à travers de nombreux foyers, ce qui est train de se passer. Du centre d'appel du Samu au laboratoire chargé de diagnostiquer d'éventuels cas de coronavirus, l'hôpital Henri-Mondor de Créteil est à pied-d'oeuvre.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Depuis plusieurs jours, le centre d'appel du Samu Val-de-Marne, qui jouxte l'hôpital de Créteil, est en ébullition. Une dizaine d'opérateurs sont là pour répondre aux questions des patients, dont certains craignent d'être porteurs du coronavirus. Une partie du personnel a même été affectée pour ces personnes potentiellement atteintes. Le nombre d'appels est en augmentation "phénoménale" selon les mots d'Eric Lecarpentier, le chef de service du Samu 94 : "Jeudi nous avons reçu 2.600 appels. 400 ont été pris en charge par la cellule Covid. Et sur ces 400 nous avons validé 17 cas possibles que l'on a orientés vers les tentes de façon à être prélevés."

Ça se présente comme un grand coton-tige

Car deux tentes ont été aménagées depuis mercredi pour accueillir les patients dont le cas est jugé suspect, pour être diagnostiqués. L'une sert de salle d'attente, l'autre de centre de dépistage. Les personnels de l'hôpital les attendent pour des consultations qui durent une quinzaine de minutes. Tout cela selon un protocole bien établi, comme l'explique William Vindrios, infectiologue : "Le patient rentre dans le box de consultation hermétique. On fait une évaluation médicale, et à la fin de cette consultation est effectué le prélèvement."

La tente dans laquelle les tests sont réalisés.
La tente dans laquelle les tests sont réalisés. © Radio France - Alexandre de Moussac

Son collègue Raphaël Lepeule précise que le moment du prélèvement est assez désagréable : "Ça se présente comme un grand coton-tige que l'on enfonce dans les narines pour récupérer les cellules, qui permettent après de détecter le virus."

Des résultats communiqués le jour-même

L'ensemble des tests est analysé au sous-sol de l'hôpital, où se trouve le laboratoire de haute-sécurité de virologie. Les personnels qui y travaillent doivent porter une tenue particulière comme le rappelle le professeur Jean-Michel Pawlotsky, qui dirige ce département : "Un justaucorps qui recouvre l'ensemble du corps, des lunettes, une charlotte sur la tête, et bien sûr le fameux masque FFP2 qui est la meilleure protection que l'on puisse avoir."

Un personnel de l'hôpital chargé de diagnostiquer les tests de coronavirus dans le labo dédié.
Un personnel de l'hôpital chargé de diagnostiquer les tests de coronavirus dans le labo dédié. © Radio France - Alexandre de Moussac

Le résultat des tests est communiqué aux patients dans la demi-journée ou le lendemain matin. Pour l'instant, l'hôpital Henri-Mondor de Créteil a enregistré trois cas de coronavirus. Les trois personnes concernées ont toutes pu rentrer chez elles. C'est ce en quoi consiste la phase 3 épidémie du virus, même si elle n'est pas officiellement lancée. Une personne atteinte peut rester à domicile si elle ne présente pas de symptômes pouvant entraîner des complications.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess