Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus en Dordogne : cette crise "fragilise" l'ensemble des cabinets d'avocats

-
Par , France Bleu Périgord

Selon une étude du Conseil National des Barreaux, plus de 270.00 avocats sur les 70.000 en France pourraient quitter la profession. Des chiffres alarmants qui découlent de la crise du coronavirus. En Dordogne aussi, les avocats sont impactés. La bâtonnière de Périgueux répond à France Bleu.

Plus de 27000 avocats sur les 70000 que compte la France pourraient quitter la profession.
Plus de 27000 avocats sur les 70000 que compte la France pourraient quitter la profession. © Maxppp - Vincent VOEGTLIN

C'est une étude alarmante qu'a réalisé le Conseil National des Barreaux au cours du mois d'avril.  Selon cette enquête*, 27.000 avocats pourraient quitter la profession dans les mois à venir à cause de la crise sanitaire liée au coronavirus soit 39% des avocats français. 28% des avocats déclarent qu'ils vont changer de profession après la crise. Quelle est la situation en Dordogne et notamment dans le barreau de Périgueux qui compte 88 avocats ? Nathalie Landon, la bâtonnière du barreau de Périgueux, répond à 3 questions sur France Bleu.

France Bleu : Des avocats vont-ils mettre la clé sous la porte après le confinement, après la crise du coronavirus en Dordogne ? 

Nathalie Landon : Il est indéniable que nous traversons une période historique sur le plan économique. Nous nous sommes battus en début d'année pour maintenir notre système de retraite et la crise sanitaire a impacté les tribunaux car nous avons dû les fermer. S'il n'y a pas d'audience, s'il n'y a pas de rendez vous avec les clients, il n'y a pas de rentrée d'argent alors que les charges qui sont très élevées continuent à courir. Je ne sais pas si certains confrères envisagent de fermer leur cabinet mais il est indéniable que cela fragilise l'ensemble des cabinets et notamment ceux qui ont très peu d'argent.

Tous les cabinets sont ils à l'arrêt dans le département ? Y a t-il des disparités entre les avocats ?

Je ne peux pas me prononcer en ce qui concerne Bergerac mais la plupart de mes confrères sont soit en télétravail, soit se rendent ponctuellement à leur cabinet. Certains ne peuvent pas travailler car ils doivent s'occuper de leurs enfants. D'autres sont fragiles sur le plan de la santé et donc sont confinés chez eux. Je tiens à préciser qu'une grande partie continue à travailler. Nous recevons des appels téléphoniques, des mails de nos clients. Nous pouvons engager des procédures qui sont fixées en fin d'année 2020. Tout ce qui est défense en gardes à vue, comparutions immédiates, enfants en danger et femmes victimes sont assumés par les avocats.

Les avocats sont-ils aidés financièrement par l’État ?

Il y a des aides attribuées par l’État mais je ne sais pas qui rentre dans le créneau. Je crois qu'elle est de 1.500 euros : c'est ridicule. Comme toute profession libérale, nous continuons à assumer notre retraits, nos cotisations sociales, à l’ordre etc... C'est une aide dérisoire. Il y a une aide qui pourra être accordée dans le cadre de la CARPA du Sud Ouest (Caisse de Règlement Pécuniaire des Avocats). Il a été décidé d'octroyer aux barreaux adhérents - dont fait partie Périgueux - une aide aux avocats qui sont les plus fragilisés. 

Réecoutez l'interview de Nathalie Landon sur France Bleu Périgord

* 10 000 des 70 000 avocats de France ont répondu à l'enquête réalisée entre les 8 et 12 avril par le Conseil National des Barreaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess