Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus en Gironde : "On ne sera pas derrière chaque citoyen", dit la préfète Fabienne Buccio

-
Par , France Bleu Gironde

Invitée de France Bleu Gironde ce mardi matin, la préfète de la Gironde Fabienne Buccio en a appelé à la responsabilité de chaque citoyen pour respecter les mesures prises ce lundi. "Il y aura des contrôles, des sanctions, bien sûr, mais on ne sera pas derrière chaque citoyen", dit-elle.

La préfète de Gironde Fabienne Buccio était l'invitée de France Bleu Gironde ce mardi matin.
La préfète de Gironde Fabienne Buccio était l'invitée de France Bleu Gironde ce mardi matin. © Radio France - Thomas Coignac

Après la batterie de mesures annoncées lundi pour lutter contre le coronavirus, la préfète de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio était invitée de France Bleu Gironde ce mardi pour les expliquer. Ces mesures, concernant notamment l'interdiction des rassemblements de 10 personnes à Bordeaux et sa métropole reposent largement sur les comportements individuels. Alors, Fabienne Buccio en appelle aux Bordelais pour que "chacun ait bien conscience de la situation et surtout, qu'il ait conscience qu'il peut agir sur cette situation par son comportement. Il y aura des contrôles, il y aura des sanctions, bien sûr, mais effectivement, on ne sera pas derrière chaque citoyen", explique-t-elle. 

Des contrôles qui seront assurés par la police nationale, la gendarmerie, avec d'abord le renfort d'un escadron de gendarmerie mobile, puis d'une compagnie de CRS, mais aussi les polices municipales des maires de la métropole, annonce la préfète. 

Pas de mesure de fermeture anticipée des bars

En revanche, la préfète n'a pas pris de mesures pour avancer l'heure de fermeture des bars, comme à Marseille et à Rennes, "parce que je préfère autant avoir des jeunes ou des moins jeunes à l'intérieur des bars, dans un bar bien tenu plutôt que sur la voie publique", où la consommation d'alcool est interdite dans la métropole. En revanche, Fabienne Buccio promet des "réponses très rapides, très efficaces. Un bar qui est contrôlé, le soir en infraction, pourrait être fermé le lendemain dans la journée". Huit bars et restaurants ont déjà été fermés pour ne pas avoir respecté le protocole sanitaire sur la métropole bordelaise.

Une réponse à Laurent Marti :  "il faut qu'il comprenne que la situation est grave"

Concernant la jauge dans les stades, abaissée de 5 000 à 1 000 personnes, qui va concerner les Girondins de Bordeaux et l'Union Bordeaux-Bègles, le président de l'UBB Laurent Marti a réagi, ce mardi, dans Sud Ouest dénonçant des "mesures pas appropriées" et des "spectateurs qui ne viendront pas au stade [qui] seront plus en danger entre eux, dans les bars". Fabienne Buccio qui dit avoir informé Laurent Marti (et Frédéric Longuépée) avant de prendre la décision a rappelé au président de l'UBB "qu'il y avait au niveau national des discussions pour une indemnité compensatoire par rapport à la billetterie. Mais il faut aussi que, de son côté, il comprenne que la situation est grave et qu'il faut agir sur cette question". La préfète estime que le danger réside dans "les endroits où on se croise pour entrer, pour sortir du stade où on est proches les uns des autres et dans les moments de convivialité qui sont aussi compliqué à gérer à l'extérieur du stade". 

Le plan concerne des mesures prises pour une durée de deux à trois semaines, avant une réévaluation. "Si ça s'améliore, je serais ravie d'abaisser, de rendre plus souple ces mesures. Mais si ça continue à se dégrader, des mesures plus sévères encore pourraient être prises, a dit la préfète, qui a souhaité "trouver un chemin qui soit à la fois sécurité pour combattre ce virus et à la fois maintien de la vie sociale et économique". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess