Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus et confinement : le camp des garrigues à Nîmes n'est pas un lieu de promenade

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Les promeneurs sont de plus en plus nombreux à se balader sur ce site militaire totalement interdit d'accès. Les gendarmes multiplient les opérations de contrôle.

Des contrôles réguliers pour faire face à un afflux de promeneurs
Des contrôles réguliers pour faire face à un afflux de promeneurs - Gendarmerie du Gard

Si vous aviez prévu de profiter du retour du soleil pour aller vous balader dans le camp des garrigues, oubliez vite l'idée. D'abord parce que ce site militaire du nord de Nîmes est totalement interdit d'accès quel que soit le moment de l'année et ensuite parce qu'en cette période de confinement, les gendarmes ont été obligés de mettre des contrôles en place pour  faire face à un afflux de plus importants de promeneurs. 

Des promeneurs venus... de Beaucaire

Le weekend dernier par exemple, une trentaine de personnes ont été contrôlées et 11 d'entre elles ont été verbalisées parce qu'elles enfreignaient les règles : "Nous avons même contrôlé des gens qui venaient de Beaucaire et qui s'étaient regroupés à plusieurs familles" déplore le lieutenant-colonel Didier Resseyre, commandant en second du groupement de gendarmerie du Gard. 

Les risques d'accidents sont réels

Des contrôles qui se poursuivront dans les jours et les semaines qui viennent : "Nous voulons avant tout faire de la pédagogie et expliquer aux gens que l'accès au site est formellement proscrit parce qu'il est dangereux" poursuit le lieutenant-colonel Didier Resseyre. "Il y a régulièrement des manœuvres avec des armes et des véhicules de gros gabarit. Et même si les militaires restent prudents, le risque d'accident grave est réel". 

Des amendes jusqu'à 750 euros

Lors de ces opérations de contrôle, les gendarmes ont dressé seulement des procès-verbaux à 135 euros, pour non-respect des règles de confinement, mais l'addition pourrait être beaucoup plus lourde. 'L’intrusion dans un camp militaire est passible d'une contravention de 4eme classe avec amende jusqu'à 750 euros, voire plus en fonction de la situation" conclut le le lieutenant-colonel Didier Resseyre.

Vous voila prévenus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess