Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : 100% solidaire

Coronavirus et solidarité : les Sarthois sont plus nombreux à donner leur sang

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu Mayenne

Les Sarthois sont plus nombreux à donner leur sang depuis le début du confinement. Il faut compter trois semaines pour avoir un rendez-vous contre dix jours en temps normal.

Le bras d'un donneur de sang bénévole (illustration)
Le bras d'un donneur de sang bénévole (illustration) © Radio France - Philippe Paupert

Bonne nouvelle pour l'EFS, l'établissement français du sang des Pays de la Loire, les Sarthois sont plus nombreux en ce moment pour donner leur sang. Tous les dons se font uniquement sur rendez-vous et il y a moins de personnes en même temps dans les salles de collectes.

Un élan de solidarité 

"Depuis le début du confinement, il y a eu une grosse mobilisation des donneurs, souligne Virginie Pasquetti, présidente au Mans de l'Association Cénomane pour le Don du Sang. On voit aussi un élan de générosité avec l'arrivée de nouveaux donneurs qui sont en moyenne âgés entre 35 et 40 ans et ça fait plaisir. C'est vrai que certains font un don pour sortir de chez eux et voir du monde, mais si ont peut avoir de nouveaux donneurs, c'est super"

Toutes les collectes se font uniquement sur rendez-vous et il faut un délai de trois semaines contre dix jours en temps normal. Alors, certes il y a plus de donneurs dans les collectes des communes, mais celles qui étaient prévues dans les entreprises et à l'université du Mans sont suspendues, donc cette hausse est à relativiser.

Des gestes barrières et des mesures de prévention dans les salles de collecte

"Nous sommes toujours en auto-suffisance dans la région et en ce moment, les besoins ont diminué car il y a moins d'opérations" déclare le docteur Philippe Supprin, le directeur de l'EFS du Mans, "mais il faut être très vigilants. Toutes les collectes se sont font sur rendez-vous. En ce moment, lorsque les donneurs arrivent, ils vont se laver les mains, et on leur donne un masque chirurgical. Pour les prélèvements, le nombre de lits par infirmière a été réduit afin de respecter les distances. Entre chaque donneur, toutes les surfaces sont désinfectées et la collecte ne dure pas plus de quinze minutes. Pour les donneurs, c'est important de voir qu'il y a toutes ces mesures et qu'elles sont respectées".  

Don du sang (illustration)
Don du sang (illustration) © Maxppp - Rolland Quadrini

Il va falloir garder les nouveaux donneurs.

"Je suis très contente de constater qu'il y a un élan de solidarité en Sarthe, rajoute Virginie Pasquetti, présidente de l'Association Cénomane pour le Don du Sang. Je trouve ça bien que les gens prennent du temps pour venir donner leur sang mais ça serait bien qu'ils continuent après. Le don du sang, ce n'est pas que ponctuellement, il y a des besoins toute l'année".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess