Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : l'impression 3D à la rescousse contre le virus

-
Par , France Bleu Berry

On peut faire des miracles avec une imprimante 3D : un habitant d'Aubigny sur Nère utilise son matériel 3D pour fabriquer des visières de protection qu'il offre gracieusement aux personnels exposés au virus.

Christophe Thuillier, un habitant d'Aubigny sur Nère, imprimeur 3D
Christophe Thuillier, un habitant d'Aubigny sur Nère, imprimeur 3D - Christophe Thuillier

Associées à un masque, ces visières constituent un mode de protection très efficace puisqu'elles permettent de protéger également les yeux. Christophe Thuillier en a déjà réalisé une cinquantaine qui sont offertes (gratuitement donc) à tout professionnel qui pourrait être exposé au virus. Cette chaîne de solidarité regroupe déjà plusieurs centaines de makers en France (c'est comme ça qu'on appelle les imprimeurs 3D). 

Ce qui est imprimé en 3D, c'est le serre-tête sur lequel sera fixé la plaque transparente en plexi : " Il faut une trentaine de grammes de PLA, une sorte d'amidon de maïs, pour réaliser un serre-tête, détaille Christophe Thuillier. Il faut environ deux heures de travail par pièce. J'effectue le montage de la plaque de plexiglass, j'y incorpore également un élastique pour  le maintien autour du crâne. Je les offre ensuite à ceux qui en ont besoin, en première ligne. Que ce soient des infirmières libérales, des professionnels de santé ou plus largement des personnes qui sont obligées de travailler à notre service comme des commerçants et qui n'ont pas assez de protection."

On distingue bien le serre-tête sur lequel vient se fixer la visière
On distingue bien le serre-tête sur lequel vient se fixer la visière - Christophe Thuillier

Une chaîne de solidarité initiée pour l'impression 3D 

Christophe Thuillier est tombé par hasard sur cette chaîne de solidarité initiée par un "maker" de région parisienne. Il a amélioré au fur à mesure les modèles réalisés. Tout est pensé : " J'ai vérifié qu'il était possible de désinfecter sans souci ces visières. Cela ne pose pas de problème. Il aurait été préférable d'utiliser du PETG, c'est à dire une matière qui est plus en contact alimentaire, mais on n'en a pas les moyens à l'heure actuelle. On n'est pas dans l'idéal, mais comme on dit, à la guerre comme à la guerre ! On espère que nos machines vont tenir le plus longtemps possible. La chaîne de solidarité livre à peu près 1.000 visières par jour, sur le territoire français. c'est formidable ! " Christophe compte bien aller jusqu'au bout de son stock de matières premières, et s'il le peut il en recommandera. Bravo à lui.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu