Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : le fabricant de masques Kolmi-Hopen victime d'une tentative d'escroquerie

La société Kolmi-Hopen, basée à Saint-Barthélemy-d'Anjou et visitée par Emmanuel Macron le 31 mars dernier, a été victime d'une tentative d'escroquerie à la vente de masques FFP2. Dans cette affaire, deux femmes ont été interpellées mardi en Israël, selon la JIRS de Rennes.

La société Kolmi Hopen, située près d'Angers, a été la cible d'une tentative d'escroquerie.
La société Kolmi Hopen, située près d'Angers, a été la cible d'une tentative d'escroquerie. © Maxppp - LOIC VENANCE / POOL

Le fabricant de masques, Kolmi-Hopen, basé à Saint-Barthélemy-d'Anjou près d'Angers, a été visé par une tentative d'escroquerie. La société pharmaceutique, au coeur d'une visite d'Emmanuel Macron le 31 mars dernier, a été ciblée par deux escrocs depuis Israël, selon la juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Rennes, qui dévoile l'affaire ce vendredi.

Une adresse mail contrefaite

Le 7 avril dernier, le fabricant du Maine-et-Loire remarque que plusieurs dirigeants de sociétés françaises et étrangères lui adressent des demandes de devis, à la suite d'un démarchage commercial. Mais Kolmi-Hopen n'a jamais effectué de démarchage en ce sens. 

Après vérifications, il apparaît que "des individus adressaient en réalité des propositions de vente de masques (de type FFP2) en utilisant une adresse mail légèrement contrefaite, présentant toutes les similitudes avec celle, officielle, de Kolmi-Hopen", expliquent les enquêteurs. Les entreprises, qui répondaient au mail pour obtenir des informations complémentaires sur le prix, étaient contactées par un faux représentant commercial.

L'enquête de la police judiciaire d'Angers a révélé que d'autres sociétés spécialisées dans les équipements de protection individuels avaient vu leur identité également usurpée. Notamment la société Paul Boyé, basée en Haute-Garonne.

Deux femmes françaises interpellées en Israël

Les relevés téléphoniques ont permis de constater que le "faux représentant commercial" communiquait avec les victimes depuis Israël. Cette même équipe démarchait également des particuliers, en se faisant passer pour la direction générale des Finances publiques et exigeait le paiement d'arriérés d'impôts.

Mardi dernier, le 14 avril, deux femmes françaises d'une même famille, âgées de 37 et 70 ans, ont été interpellées à Netanya, en Israël. Suspectées d'être à l'origine de cette escroquerie, elles étaient en possession du téléphone servant à démarcher les entreprises ciblées pour leur potentiel besoin en masques.

Une information judiciaire ouverte

Dans cette affaire, la police n'a pour le moment connaissance que de tentatives d'escroquerie. Aucune des sociétés démarchées n'a donné suite aux offres faites.

La JIRS de Rennes a ouvert une information judiciaire mercredi, le 15 avril, pour des chefs d'escroqueries et tentatives d'escroquerie en bande organisée, blanchiment et association de malfaiteurs. Les auditions des deux suspectes sont en cours.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu