Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Coronavirus : le premier malade d'Occitanie, Mauro Berlanda, témoigne

Par

Le premier malade du Covid-19 en Occitanie, hospitalisé fin février à Montpellier, témoigne ce lundi sur France Bleu Hérault.

Mauro Berlanda et sa petite famille confinés, chez eux à Montpellier Mauro Berlanda et sa petite famille confinés, chez eux à Montpellier
Mauro Berlanda et sa petite famille confinés, chez eux à Montpellier - Berlanda

Mauro Berlanda, 31 ans et Montpelliérain originaire d'Italie, a été officiellement diagnostiqué malade du Covid-19 le 27 février, après être rentré d'un séjour en Italie (Lombardie) où il était parti rendre visite à sa famille avec sa femme et ses enfants pendant les vacances de février. 

Publicité
Logo France Bleu

C'est lui-même qui s'est signalé, trois jours après son retour, en constatant qu'il avait un peu de fièvre :

"Nous sommes rentrés d'Italie le 24 février, après une semaine de vacances. Le gouvernement avait invité tous ceux qui s'étaient rendus dans le nord de l'Italie signaler leur voyage. Nous avons appelé le 15, on nous a invité à faire une quarantaine préventive et le 25 au soir, j'ai commencé à tousser avec 39 de fièvre. Et comme  il n'y avait pas encore d'affluence dans les hôpitaux, j'ai été dépisté au bout de deux jours."

Hospitalisé aussitôt au CHU de Montpellier, et placé dans une chambre isolée, son état s'est dégradé : "J'ai eu une pneumonie pendant une dizaine de jours, mais comme j'étais à l'hôpital, cela ne s'est pas trop dégradé, il a fallu quand même une bonne semaine pour aller mieux."

Au bout d'une semaine, grâce à un traitement d'antiviraux, son état a commencé à s'améliorer. Mais il en a bavé. Mauro Berlanda est ressorti guéri le 10 mars, soit 13 jours plus tard. Pendant son hospitalisation, sa femme et ses enfants ont été placés en observation au service pédiatrique du CHU de Montpellier.

Il a trouvé le temps un peu long, mais raconte qu'au CHU, on leur a prêté des tablettes numériques avec lesquelles les patients pouvaient échanger entre eux à travers des salles virtuelles. Sa femme, également atteinte, a ressentie quant à elle une "grosse grippe", et l'un de ses enfants, un "petit rhume". Son deuxième enfant est toujours resté négatif.

"J'ai eu la chance d'être le premier dépisté."

Aujourd'hui, tout le monde est rentré à la maison et va bien. Mauro s'inquiète surtout pour sa famille en Italie. Comme tout le monde il reste confiné. "Je trouve qu'il est difficile de trouver un équilibre entre ceux qui banalisent la situation et ceux qui sont trop alarmistes. C'est un virus qui circulait sûrement avant depuis quelques temps." 

"J'ai eu la chance d'être le premier dépisté ici, je préfère regarder le côté positif parce que j'ai eu la chance d'avoir accès à tous les soins, alors je sais que ce n'est pas le cas aujourd'hui pour tout le monde. Et c'est pas évident d'être dépisté et même d'être rassuré." 

loading

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu