Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : le rapport sur les violences sexuelles dans l'Église repoussé à l'automne 2021

-
Par , France Bleu

Le rapport de la Commission Sauvé sur les violences sexuelles au sein de l'Église catholique est repoussé à l'automne 2021 à cause de l'épidémie de coronavirus. Les réunions publiques prévues au printemps n'ont pas pu avoir lieu. La commission espère reprendre ses travaux en septembre.

Membres de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise, lors de leur première réunion à Paris,  le 8 février 2018.
Membres de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise, lors de leur première réunion à Paris, le 8 février 2018. © AFP - Jacques Demarthon

La Commission Sauvé sur les violences sexuelles commises au sein de l'Église va rendre son rapport plus tard que prévu, à l'automne 2021. L'épidémie de coronavirus a retardé de 5 mois la présentation de ce rapport, très attendu par les victimes. Les réunions publiques prévues au printemps à Lyon, Dijon, Rouen, Aix-en-Provence et Bastia n’ont pu avoir lieu. La commission espère reprendre ses travaux en septembre. 

Plus d'une centaine de témoignages recueillis

La commission présidée par Jean-Marc Sauvé a été mandatée par l’Eglise catholique en 2018 pour enquêter sur les violences sexuelles commises depuis 1950 par le clergé sur des mineurs et des personnes vulnérables. En juin 2019, elle avait lancé un appel à témoignages auprès des victimes, via une plateforme téléphonique. Une centaine de témoignages ont pour l'instant été recueillis. La plateforme devait être disponible jusqu'au 2 juin mais elle va être prolongée jusqu'au 31 octobre, selon son président Jean-Marc Sauvé.

Selon les chiffres arrêtés au 31 janvier, la commission a reçu 4 500 appels. La majorité des victimes sont des hommes, âgés pour 80 d'entre eux de plus de 50 ans. Dans 32% des cas, les victimes avaient entre 6 et 10 ans au moment des faits. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu