Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : le syndicat pénitentiaire UFAP de la prison de Dijon dénonce un "carnage à venir"

-
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu

Dans un communiqué acerbe, le syndicat UFAP de la prison de Dijon, en Cöte-d'Or, dénonce des conditions de travail déplorables et l'absence de protection sanitaire pour les surveillants. Pour l'UFAP Dijon, le personnel pénitentiaire est utilisé comme de la "chair à canon".

La prison de Dijon.
La prison de Dijon. © Radio France - Philippe Bruchot

Dans son communiqué, l'UFAP explique que depuis le début de cette crise sanitaire sans précédent, le syndicat s'échine à convaincre à tous niveaux, sur les mesures sécuritaires et sanitaires à prendre, afin de limiter le désastre dans les enceintes pénitentiaires et de facto au sein des familles des personnels servant en première ligne. 

Les masques de protection réclamés à corps et à cris par tous les professionnels exposés dont les personnels pénitentiaires, sont toujours en cours d'acheminement, les gestes professionnels tels que les fouilles par palpations (à 30 centimètres du visage des détenus) sont toujours ordonnées sans aucun dispositif de protection des personnes, etc.

Le syndicat estime que les personnels travaillent dans des conditions déplorables au sein des structures pénitentiaires. Il est selon lui, utilisé comme de "la chair à canon" au front et sans arme pour lutter dans cette guerre sanitaire. L'Ufap refuse que les autorités pénitentiaires se contentent de "comptabiliser les malades et les morts en lieu et place d'anticiper le carnage à venir. "

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu