Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les chiffres trompeurs des violences conjugales dans la Loire

Dans la Loire, les derniers chiffres du parquet de Saint-Étienne vont à l'encontre des statistiques nationales : on recense une baisse importante des violences conjugales. Un chiffre biaisé par un confinement qui semble museler les victimes, plus encore qu'à l'ordinaire.

La Loire enregistre une baisse, seulement sur le papier, de 30% des violences conjugales depuis le début du confinement
La Loire enregistre une baisse, seulement sur le papier, de 30% des violences conjugales depuis le début du confinement © Maxppp - Lionel VADAM

"À travers ces chiffres, nous observons une diminution, selon nous, non pas des violences conjugales mais des signalements de ces faits". Le procureur de la République peine à se réjouir de cette baisse de 30% des violences au sein du couple observées à Saint-Etienne, comme dans tout le reste du département de la Loire. 

"Il est difficile d'imaginer une femme confinée décrocher le combiné à côté de son compagnon violent, lui aussi confiné, pour appeler un numéro d'urgence", se désole David Charmatz, rappelant que des brigades numériques sont mobilisées sur internet, de jour comme de nuit, pour permettre aux victimes de se signaler, en silence. Les pharmacies et les magasins de la grande-distribution voient également fleurir des points d'accompagnement éphémères. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une hiérarchie des dangers 

La période de confinement peut générer beaucoup d'angoisse, plus encore chez les femmes victimes de violences : "certaines femmes  préfèrent rester dans une situation dangereuse, mais qu'elles maîtrisent, plutôt que de sortir de chez elles en craignant que le confinement les coupent de toutes les associations et forces de l'ordre susceptibles de les aider", souligne la directrice d'SOS violences conjugales dans la Loire. 

Michelle Perrin fait par ailleurs remarquer qu'il n'existe pas d'autorisation, à proprement parler sur les attestations, pour fuir une situation dangereuse. Certaines victimes redoutent, dit-elle, d'être contrôlées et sanctionnées si elles sortent dans la rue pour avertir des secours. 

Les numéros d'urgence fonctionnent malgré le confinement ! 

Tant les forces de l'ordre que les associations l'assurent : tous leurs services sont bien mobilisés, même en cas de confinement. 

Appelez, en cas de danger le 17, le 3919 ou le 115. Rapprochez vous des associations L'Arravem de Roanne, La Sauvegarde ou SOS Violences conjugales. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess