Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : "les entreprises seront solidaires avec leurs salariés" assure le patron du Medef Bretagne

Alors que le gouvernement a restreint l'ouverture de certains commerces en France avec le passage au Stade 3 de l'épidémie de Coronavirus, le président du Medef de Bretagne a répondu aux questions de France Bleu ce lundi 16 mars.

Hervé Kermarrec, président du Medef de Bretagne.
Hervé Kermarrec, président du Medef de Bretagne. - UE35

Face à l'épidémie de Coronavirus qui sévit dans le pays. Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé samedi soir la fermeture d'un certain nombre de commerces. Des dizaines de milliers de parents vont devoir garder leurs enfants. Les salariés sont invités à faire du télétravail, ce qui perturbe la vie des entreprises.

Hervé Kermarrec, le président du Medef de Bretagne était l'invité de France Bleu Armorique ce lundi 16 mars pour répondre à nos questions sur la situation économique dans le pays.

  • Comment garantir aux salariés qu'ils ne perdront pas de salaire dans cette crise ?

On ne pourra pas le garantir. Pour cela, l'Etat a pris des mesures qui devraient limiter la caisse. Des entreprises vont ouvrir avec beaucoup d'incertitudes ce lundi matin. Elles manquent de visibilité. Les mesures de chômage partiel c'est bien, mais il y a des charges fixes et les entreprises vont devoir y faire face. La baisse des charges sociales ne sera pas suffisante.

  • Les salariés sont inquiets aujourd'hui. Comment pouvez-vous les rassurer ?

Les entreprises seront solidaires avec leurs salariés. Elles iront couvrir les salaires dans la mesure du possible. La trésorerie est relativement faible dans certaines entreprises. Le report des mensualités serait une bonne chose. On parle aussi de chômage partiel avec la possibilité de couvrir un peu plus les salariés au Smic. Les entreprises les plus fragiles devront être accompagnées par les banques et par l'Etat.

  • Vous dites que les entreprises ont besoin de visibilité. Vous évoquez les mesures de confinement qui pourraient être encore plus strictes ?

On parle de mesures de confinement qui mettraient l'ensemble de l'économie à l'arrêt. Il faut d'abord protéger l'ensemble des salariés français. Toutes les entreprises ne peuvent pas faire de télétravail. Je pense notamment aux industries. Si demain, les salariés devaient rester chez eux, les lignes de production s'arrêteraient et ce serait catastrophique. La première question est de savoir comment nous allons payer les salaires.

  • Vous estimez que le gouvernement n'est pas assez l'écoute du gouvernement ?

Le gouvernement jusqu'à présent a été à l'écoute mais nous n'étions pas dans une mesure de confinement. On attend de nouvelles mesures du ministre de l'économie. On sera attentif à ce qu'il dira. La baisse de chiffre d'affaire existe depuis un moment. Les bourses se sont effondrées. Je pense à des entreprises bretonnes qui avaient des liens avec la Chine et qui souffrent. La crise a démarré depuis un petit moment et il faudra que l'Etat nous accompagne. Les entreprises en auront besoin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu