Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le cri de colère d'une aide-soignante d'un EHPAD gardois, malade et confinée

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Malade depuis mercredi, cette aide-soignante d’une maison de retraite du Gard est confinée chez elle. Elle dénonce un manque d'anticipation de la part de sa direction et surtout, un manque de protection pour les soignants.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - maxppp

Fièvre, grande fatigue, toux et essoufflement depuis ce mercredi 25 mars. Cette aide-soignante,syndicaliste à la CGT, mais qui préfère garder l’anonymat, est malade. Son médecin suspecte un cas de coronavirus, elle attend les résultats normalement pour ce samedi. En attendant, elle vit depuis trois jours isolée dans une chambre chez elle et ne voit ni son mari ni ses deux enfants.

Cette aide-soignante malade et confinée chez elle a décidé de témoigner

"On nous a envoyés au combat sans les munitions."

Aujourd'hui elle en veut beaucoup à sa direction. Selon elle, les soignants ne sont absolument pas protégés dans son EHPAD. 

Quand le premier cas de coronavirus a été suspecté dans son établissement, rien n'a été fait pour protéger les soignants ou les autres résidents : "Un matin j'ai dû faire la toilette d'un résident avant qu'il aille faire une dialyse. Quand il est revenu, il était avec des membres du Samu en tenue de "Robocop". On nous a dit qu'il y avait une suspicion de coronavirus chez ce monsieur et qu'il fallait attendre les résultats des tests." 

Et en attendant durant ces trois jours, ce monsieur n'a pas été confiné et les soignants ont continué à s'occuper de lui sans masque. "Finalement le test a été positif et c'est à ce moment seulement que la direction nous a donné des protections, mais voilà c'était déjà trop tard. Il y a quatre aides-soignantes sur huit, dont moi, qui sommes malades et qui attendent les résultats de leur test du coronavirus dans mon EHPAD. C'est un scandale" conclut-elle, à bout de souffle. 

La galère pour se faire dépister, même quand on est soignant

Quand cette aide-soignante commence à ressentir les premiers symptômes, son médecin généraliste lui conseille de se faire dépister du Covid-19. Sauf que dans les faits, et même pour les soignants, ça n'est pas si simple : "Il faut déjà réunir plusieurs symptômes et ensuite, quand on m'a donné la possibilité de faire le tes,t on m'a envoyée à Montpellier alors que j'habite aux pieds des Cévennes : 58 kilomètres seule dans ma voiture avec beaucoup de fièvre, ça a été très dur", nous explique-t-elle.

Le parcours du combattant pour se faire dépister

Un masque seulement par jour pour les aides-soignantes 

Selon elle, dans son établissement la dotation en masques est complément insuffisante : "Il y a des masques FPP2 pour les veilleurs de nuits, trois masques chirurgicaux par jour pour les infirmiers et seulement un masque par jour pour les aides-soignantes alors que nous sommes en première ligne."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess