Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus en Pays de la Loire : pas de masques, plus de contrôles menace le syndicat de police Alliance

Dans la région Pays de la Loire, le syndicat de police Alliance menace de cesser les contrôles pendant le confinement si les forces de l'ordre ne reçoivent pas de masques. Un policier et un gendarme sont morts cette semaine du Covid 19.

Contrôle de police (photo d'illustration)
Contrôle de police (photo d'illustration) © Radio France - Olivier Lebrun

100 000 policiers et gendarmes sont mobilisés depuis le début du confinement, il y a plus d'une semaine. Il y a eu 225 000 verbalisations pour non respect des règles, en Pays-de-la-Loire, ce n'est pas mieux : "Malheureusement, on n’est pas épargné par ce phénomène, regretteArnaud Bernard, le secrétaire adjoint du syndicat Alliance dans notre région. Les gens ne respectent pas toujours le confinement, c’est ce qui nous oblige à procéder à des verbalisations." 

Des policiers qui verbalisent, car l'heure n'est plus désormais à l'avertissement verbal alors ce n'est pas toujours bien pris : " Il y a des gens qui ne comprennent pas la verbalisation. C’est compliqué pour nous. Il y a des gens qui sont agacés par le confinement mais on n‘en est qu’au début, malheureusement, et les gens perdent patience." Les forces de l'ordre ont effectué 1 700 000 contrôles sur tout le territoire depuis 10 jours. 

Plus de 300 policiers et gendarmes atteints du coronavirus

Les forces de l'ordre ne sont pas épargnées par le Covid 19. Ils seraient plus de 300 à être malades. "Ce chiffre est un peu sous-estimé parce que nous n’avons aucun dépistage systématique, ce que nous demandons pourtant avec le syndicat, détaille Arnaud Bernard du syndicat Alliance. Les chiffres sont disparates en fonction des services. C’est compliqué mais comme pour tout le monde, pour les personnels hospitaliers et gendarmes. On fait partie de ce deuxième rideau qui fait que nous sommes en contact avec une population potentiellement contaminée."

On a des appels pour tout et n’importe quoi et les gens n’arrivent pas à faire la part des choses. 

"On nous signale des cambriolages parce que les entreprises sont désertes et on nous appelle aussi pour des différents familiaux, les gens n'ont pas l’habitude de vivre les uns avec les autres. Les cambriolages et les incivilités ne s’arrêtent malheureusementpas parce qu’il y a un virus qui circule dans l’air. "

Les policiers avaient des masques, mais on leur a repris pour les donner au personnel hospitalier

"Ce qui nous pose un vrai souci c’est qu’on a des directives qui nous viennent du ministère de l'Intérieur qui nous demande de ne pas porter de masque à part circonstance particulière. On comprend qu'ils aillent en priorité vers le personnel soignant mais nous sommes aussi exposés et potentiellement nous pouvons être porteurs de la maladie, poursuit ce policier nantais. 

"Nous ne comprenons pas qu’il n’y ait pas eu d'anticipation de la part du gouvernement, peste le syndicaliste. C'est inadmissible. Si nous n’avons pas de masques nous ne procéderons plus aux contrôles. Nous continuerons nos activités de police secours parce que c‘est notre mission, mais nous ne ferons plus de contrôles !"  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu