Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : six personnes mises en examen après la découverte d'un trafic de faux certificats de vaccination

-
Par , France Bleu, France Bleu Paris, France Bleu Isère

Une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Paris mercredi 14 juillet au sujet d'un trafic de faux documents de vaccination contre le Covid-19. Six personnes ont été mises en examen et deux d'entre elles sont incarcérées.

De faux certificats ont été produits [photo d'illustration].
De faux certificats ont été produits [photo d'illustration]. © Maxppp - PHOTOPQR/L'ALSACE

Six personnes sont soupçonnées d'avoir participé à un trafic de faux certificats de vaccination contre le Covid-19. Elles ont été mises en examen après l'ouverture d'une information judiciaire par la section cybercriminalité du parquet de Paris mercredi 14 juillet, a appris ce samedi franceinfo de source judiciaire, confirmant une information du Monde. Ces personnes ont été interpellées dans la région de Lyon, les Yvelines et le Val-de-Marne, d'après le quotidien.

Falsifications de certificats de vaccination contre le Covid-19

D'après Le Monde, le contact s'établissait sur Snapchat, via un compte qui proposait des certificats de vaccination en échange d’une somme comprise entre 350 et 500 euros. Une agente administrative d'un centre de vaccination de la banlieue lyonnaise était ensuite chargée de falsifier les documents, qui comportaient alors un QR code parfaitement valable. Ces documents étaient le plus souvent remis en banlieue parisienne. Plus de 400 acheteurs ont été identifiés, indiquent les enquêteurs.

Parmi les six personnes mises en examen, trois le sont pour les chefs d’atteintes à un système de traitement automatisé de données en bande organisée, faux administratif et détention d’un tel faux, blanchiment aggravé et association de malfaiteurs. Une autre pour blanchiment aggravé et association de malfaiteurs. Les deux dernières le sont pour chefs d’usage de faux administratif et détention d’un tel faux. Selon les informations de franceinfo, deux d'entre elles ont été placées en détention provisoire. Les autres ont été placées sous contrôle judiciaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess