Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : un Héraultais en prison pour ne pas avoir respecté le confinement

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Hérault

Cet habitant de Sérignan (Hérault) âgé de 18 ans a été verbalisé six fois par les gendarmes en l'espace de neuf jours pour non respect du confinement. Il disait s'ennuyer chez lui. Jugé ce mercredi au tribunal correctionnel de Béziers. Il est en prison.

Un contrôle de police par des policiers à vélo pendant le confinement dû à la crise du coronavirus (illustration)
Un contrôle de police par des policiers à vélo pendant le confinement dû à la crise du coronavirus (illustration) © Radio France - Marc Bertrand

Un jeune homme de 18 ans de Sérignan (Hérault) a été contrôlé et verbalisé à six reprises sur la voie publique entre le 20 mars et le 29 mars 2020 en violation des règles imposant le confinement. Il a expliqué son comportement par le souhait d'aller voir des amis, car il s'ennuyait seul à son domicile.

Défavorablement connu de la justice

Il était déjà connu pour avoir commis de nombreux délits  pour lesquels il a été condamné en fin d'année 2019 à des peines de sursis avec mise à l'épreuve et du travail d'intérêt général. Il devait être également jugé prochainement pour une conduite en état alcoolique.

Il risquait jusqu'à six mois d'emprisonnement

Ce jeune homme a été en comparution immédiate ce mercredi 1er avril devant le tribunal correctionnel de Béziers  pour "réitération à plus de trois reprises dans un délai de 30 jours de violation des interdictions ou obligation édictées en application de l'état d'urgence sanitaire", délit faisant encourir les peines maximales de six mois d'emprisonnement et 3.750 euros d'amende.

Il a été condamné à 3 mois d’emprisonnement avec maintien en détention, auxquels s'ajoutent 5 mois d’emprisonnement en révocation d’un sursis prononcé par le tribunal pour enfant en novembre 2019, soit un total de 8 mois d’emprisonnement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu