Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Corps carbonisés à Villeparois : les avocats du père avaient alerté la justice sur les risques d'une "issue tragique"

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Avant le drame de Villeparois (Haute-Saône), les avocats du père avaient alerté le tribunal de Vesoul. Ils craignaient "une issue tragique" face à "la détresse" de leur client, qui vivait très mal la mesure de placement de son enfant. Les corps du père et son fils ont été retrouvés carbonisés.

Les deux corps ont été retrouvés dans un bois à la sortie du village.
Les deux corps ont été retrouvés dans un bois à la sortie du village. © Maxppp - maxppp

Villeparois, France

L'enquête sur le drame de Villeparois, près de Vesoul semble prendre une nouvelle tournure, avec une accusation des avocats du père retrouvé mort avec son fils. Les deux corps ont été découverts carbonisés, dans un bois, ce lundi, le matin où le fils devait être placé. Une mesure de placement très mal vécue par le père, âgé de 47 ans. L'annonce de cette mesure par la juge des enfants le 23 mai l'a plongé dans une profonde détresse. Pendant un mois, ses avocats ont demandé à la justice de revenir sur cette décision de placement.

La justice était prévenue

Me Marie Grimaud a envoyé deux courriers au juge pour enfants et à la présidente du Tribunal de grande instance de Vesoul. Une première lettre début juin puis une second lettre quelques jours avant le drame, le jeudi 20 juin. Dans ces courriers, elle alerte sur "l'état de détresse du père" et fait part du risque _"d'une issue tragique"_. Inquiète des propos tenus par le père et de ses échanges avec les services sociaux, elle a répété cet appel la semaine avant l'entrée en vigueur de la mesure du placement. 

Me Marie Grimaud, avocate du père retrouvé mort

D'après cette avocate, la juge pour enfants n'a pas répondu aux courriers et la présidente du Tribunal a répliqué que _"cela ne relevait pas de ses compétences"_.

Un placement abusif ?

Le père avait la garde exclusive de son fils depuis 2015, et la mère voyait l'enfant au cours d'entretiens avec un médiateur. Me Rodolphe Costantino remet aussi en cause la décision de placement. Pour lui, le fils de 9 ans n'était pas maltraité. D'après ces deux avocats, la justice reprochait au père d'être _"trop protecteur et fusionnel"avec son fils. Le père prenait ce placement comme une "sanction" et ses avocats dénoncent un "placement abusif"_.

Me Rodolphe Costantino, avocat du père.

De son côté, le Procureur de la République de Vesoul n'a pas souhaité répondre à nos sollicitations sur cet aspect-là de l'enquête.