Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Grenelle des violences conjugales

Corps découvert à Cagnes-sur-Mer : le point sur l'enquête, la piste du féminicide se précise

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Un jeune homme de 26 ans a été interpellé ce dimanche en milieu de journée et placé en garde à vue. Selon le parquet de Grasse, il s'agit du petit ami de la jeune femme dont le corps sans vie a été découvert à Cagnes-sur-Mer samedi. Ce serait le 100e féminicide depuis le début de l'année en France.

C'est dans cette impasse de la rue du Garigliano que le corps a été retrouvé samedi
C'est dans cette impasse de la rue du Garigliano que le corps a été retrouvé samedi © Radio France - Emmanuel Grabey

Cagnes-sur-Mer, France

La piste du féminicide semble se préciser, au lendemain de la découverte du corps d'une jeune femme à Cagnes-sur-Mer. Le parquet de Grasse annonce qu'un homme, né en 1993, a été interpellé ce dimanche en milieu de journée, et placé en garde à vue. C'est le petit ami de la victime, qui menaçait de le quitter.

C'est le père de la jeune fille de 21 ans, affolé de ne plus avoir de ses nouvelles, qui a alerté les autorités. Il lui a fallu plusieurs heures pour reconnaître sa fille dans le corps littéralement massacré que lui ont présenté les policiers, près de 36 heures après sa mort.

Le centième féminicide en France depuis le début de l'année ?

Le jeune homme de 26 ans est actuellement entendu par les policiers de la Sûreté départementale des Alpes-Maritimes, à qui le parquet de Grasse a confié l'enquête ouverte pour meurtre. Il est désormais certain qu'il a porté des coups à la victime, des témoins de la scène l'ont reconnu. 

Mais reste à établir formellement si c'est lui qui lui a porté le coup fatal, une autopsie devrait être pratiquée pour le déterminer dans les prochains jours. Si cette hypothèse était avérée, cette victime serait la 100e à mourir sous les coups de son compagnon ou ex-compagnon depuis le début de l'année.

Un rassemblement d'une centaine de militantes du collectif #NousToutes avait lieu hier soir à Paris pour dénoncer ce nouveau féminicide, alors que doit se tenir mardi le "Grenelle" contre les violences conjugales voulu par le gouvernement.

Le corps découvert par un voisin

Les auditions des témoins et du meurtrier devront aussi déterminer si c'est lui qui a traîné le corps jusque dans une impasse toute proche, où le cadavre a été retrouvé samedi matin, enseveli sous un amas d'ordures et de branchage. 

C'est un voisin, dont l'arrière du jardin donne sur l'impasse, qui a fait la macabre découverte. "Comme j'avais entendu du bruit dans la nuit contre mon grillage, j'ai voulu aller m'assurer qu'il n'y avait pas de dégâts, il arrive souvent que des SDF se battent ou s'installent dans ce coin", raconte Adrien. "C'est là que j'ai vu un pied dépasser d'une couverture. J'ai pensé que ça pouvait être quelqu'un d'endormi, mais j'ai appelé la police quand j'ai vu que mes cris ne réveillaient pas cette personne."

Il est alors 13h quand les policiers découvrent le corps de la jeune femme dans ce petit cul-de-sac qui débouche sur la voie ferrée, parallèle au tunnel de la rue du Garigliano qui passe sous la voie de chemin de fer et l'autoroute, tout près de la gare de Cagnes-sur-Mer.

Choix de la station

France Bleu