Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Corps démembré près de Rouen : quatre femmes mises en examen

samedi 10 novembre 2018 à 20:02 Par Clément Conte, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

Quatre femmes ont été mises en examen ce samedi dans l'affaire du corps démembré retrouvé la semaine dernière sur les bords de Seine, près de Rouen. Parmi elles, la petite amie de la victime, poursuivie pour assassinat. L'enquête a été résolue en moins d'une semaine par les hommes du SRPJ de Rouen.

Quatre femmes ont été présentées devant un juge d'instruction ce samedi
Quatre femmes ont été présentées devant un juge d'instruction ce samedi © Maxppp - OLIVIER BOITET

Rouen, France

L'enquête sur l'affaire du corps d'un homme démembré, retrouvé dimanche sur les bords de Seine au niveau du chemin de halage à Saint-Etienne-du-Rouvray a été rapidement bouclée par le SRPJ de Rouen. Moins d'une semaine après la découverte d'une partie du cadavre, quatre femmes ont été présentées devant un juge d'instruction samedi 10 novembre dans la soirée, à l'issue de leurs gardes à vue. 

Les quatre suspectes, interpellées à partir de jeudi, connaissaient bien la victime, un homme de 45 ans, sans domicile fixe. L'une d'entre elles était sa petite amie. La mère de celle-ci, ainsi que deux de ses amies sont aussi inquiétées. Le mobile est pour l'instant inconnu dans ce passage à l'acte qui semble prémédité. 

Les quatre femmes ont été mises en examen. Deux pour assassinat et atteinte de l'intégrité du cadavre. Les deux autres pour abstention volontaire d'empêcher un crime ou un délit contre l'intégrité d'une personne. Trois d'entre elles ont été placées en détention provisoire. La dernière est sous contrôle judiciaire. 

Ce sont les gendarmes de la brigade fluviale qui avaient trouvé le corps sans tête, sans mains et sans pieds, sur les bords de Seine, dimanche 4 novembre à Amfreville la Mivoie. D'autres parties du cadavre ont été retrouvées dans l'Eure. L'autopsie a révélé que l'homme serait mort la veille de la découverte du cadavre.