Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Corps retrouvé à Charette, dans le Nord-Isère : l'identité de la victime confirmée

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Le corps découvert dimanche à Charette, en Isère, par un chasseur a finalement été identifié. Les analyses dentaires et l'autopsie révèlent qu'il s'agit bien de Vittorio Barruffo, un Italien de 44 ans disparu le 9 juillet à Montalieu-Vercieu.

Une autopsie assortie d'examens dentaires a permis de confirmer que le corps est bien celui de Vittorio Barruffo
Une autopsie assortie d'examens dentaires a permis de confirmer que le corps est bien celui de Vittorio Barruffo © Radio France -

Charette, Isère, France

On n'avait pas pu déterminer l'identité de ce corps, retrouvé dimanche à Charette, en Isère. Enfermé dans un sac plastique, refermé avec de l'adhésif, il avait été emmené "en l'état" par les enquêteurs pour des analyses plus poussées. Elles révèlent aujourd'hui qu'il s'agit de Vittorio Barruffo, un Italien de 44 ans employé dans une pizzeria qui avait disparu à Montalieu-Vercieu (près de Charette) le 9 juillet dernier.

Amputé des quatre membres

L'identification a pris du temps. Mercredi, une première autopsie avait été pratiquée mais n'avait pas permis de déterminer formellement l'identité de la victime. C'est donc une deuxième autopsie, assortie d'examens dentaires qui ont permis ce jeudi d'affirmer qu'il s'agit bien de Vittorio Barruffo. 

"Le médecin légiste décrit un corps amputé des quatre membres et des lésions osseuses causées par un instrument contondant qui pourraient être à l'origine du décès par lésions neurologiques graves et/ou hémorragiques", indique le parquet de Grenoble. L'homme aurait donc été frappé à la tête, avant d'être démembré et placé dans un sac, fermé avec de l'adhésif. "D'autres analyses doivent encore être effectuées pour en savoir plus sur les circonstances et les causes du décès", précise le parquet.

En outre, un juge d'instruction sera saisi ce vendredi matin à Grenoble en vue de l'ouverture d'une information judiciaire pour assassinat.

Choix de la station

France Bleu