Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Corrèze : colère du refuge de Bort-les-Orgues après l'arrêté du maire pour euthanasier six chiens

-
Par , France Bleu Limousin

La semaine dernière, le maire de Bort-les-Orgues en Corrèze a pris un arrêté pour euthanasier six chiens. Depuis six mois, ces animaux sont soupçonnés d'avoir attaqué une septuagénaire, toujours en soins intensifs au CHU de Limoges. Le refuge de Bort-les-Orgues réfute cette théorie.

Cinq chiens de la race Carne coso sont concernés.
Cinq chiens de la race Carne coso sont concernés. © Maxppp - CHROMORANGE / CHROMORANGE/picture-alliance/Newscom/MaxPPP

"Ces chiens sont très gentils." Alexandre Chauvet est formel. Pour le directeur du refuge de Bort-les-Orgues, les six chiens qui sont arrivés il y a maintenant six mois dans son association ne sont pas agressifs. "Ils ont vu des enfants, des adultes, du monde... Nous n'avons jamais relevé de comportement problématique. On s'appuie sur l'avis d'un vétérinaire alors que deux autres avis de spécialistes sont plus nuancés."

Pourtant, ces six chiens sont soupçonnés d'avoir attaqué une septuagénaire en octobre dernier à Lamazière-Basse en Corrèze. Parmi ces chiens, il y a cinq cane corso dont un chiot ainsi qu'un bulldog anglais. "Quatre se sont jetés sur elle" selon le parquet de Tulle et "ont traîné son corps sur des dizaines de mètres". À cette époque, le voisinage avait déjà signalé des "agressions" de la part de ces chiens au maire du village. Six mois après, la septuagénaire est toujours en soins intensifs au CHU de Limoges.

"Des éléments accablants"

La préfecture de la Corrèze avait en décembre dernier pris un premier arrêté pour les euthanasier. Problème, selon le tribunal administratif de Limoges, seul le maire peut prendre une telle décision. Aujourd'hui, le maire de Bort-les-Orgues, où se trouvent aujourd'hui les chiens dans le refuge, emboîte le pas à la Préfecture de la Corrèze.

"J'ai eu des éléments accablants, explique Eric Ziolo, le maire de Bort-les-Orgues. Une décision a été prise, il faut la respecter. Je fais confiance aux personnes qui ont jugé cette affaire."

"Les bénévoles ne laisseront personne entrer"

Aujourd'hui, il existe une cassure entre la mairie et le refuge qui s'occupe des chiens. "Je suis coincé, explique Alexandre Chauvet. D'un côté, j'ai ma collectivité qui prend une décision et est propriétaire des lieux. De l'autre, j'ai des bénévoles qui refusent que l'on euthanasie ces chiens. Je me place avec mes bénévoles. Je ne tue pas mes animaux."

Le président bénévole du refuge regrette que les autorités ne prennent pas le temps d'étudier d'autres solutions. "Aujourd'hui, il existe des alternatives. Nous voulons les placer dans un sanctuaire tenu par un vétérinaire spécialisé en Normandie. On peut aussi faire appel à des spécialistes comportementalistes... On n'est plus au temps de Napoléon où dès que le chien a un problème on le tue." 

Pour Alexandre Chauvet, les tensions risquent de monter ces prochains jours : "Les bénévoles ne laisseront personne rentrer. S'ils tuent les chiens, je quitte mon poste et mes bénévoles me suivront. On fermera le refuge et ils devront se débrouiller sans nous".

Le risque d'une exfiltration

Aujourd'hui, Alexandre Chauvet est inquiet. Avec cet arrêté, le président du refuge craint que des militants dans la protection des animaux viennent exfiltrer les chiens. "Les gendarmes m'ont averti que des unités des forces de l'ordre surveillent mon refuge. Il ne faut pas que les chiens disparaissent sinon on ne pourra jamais s'en occuper, les soigner."

Sur le terrain judiciaire, face à cet arrêté du maire de Bort-les-Orgues, l'avocat de la propriétaire des chiens, maître Christophe Gerard, a déposé deux nouveaux recours au tribunal administratif de Limoges : l'un pour suspendre, l'autre pour annuler cet arrêté.

Le maire de Bort-les-Orgues souhaite s'entretenir rapidement avec le vétérinaire et le président du refuge. "Je comprends l'énervement des bénévoles du refuge. Leur travail est nécessaire pour notre commune, nous devons dialoguer avec eux. Mais il faut aujourd'hui prendre du recul sur cette affaire." Les six chiens doivent être euthanasiés dans la semaine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess