Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Corrèze - Menaces de mort, gifles, coups de chaise : soupçonné de violences conjugales, un homme écroué avant son procès

-
Par , France Bleu Limousin

Un homme de 57 ans, sans aucun antécédent judiciaire, vient d'être placé en détention provisoire dans l'attente de son procès. Domicilié dans le secteur d'Argentat, il est soupçonné de violences depuis plusieurs mois à l'encontre de sa compagne.

Les féminicides liées aux violences conjugales font l'objet d'une forte mobilisation depuis plusieurs semaines (image d'illustration)
Les féminicides liées aux violences conjugales font l'objet d'une forte mobilisation depuis plusieurs semaines (image d'illustration) © Maxppp -

Argentat, France

Les gendarmes de la Corrèze, puis le parquet de Tulle, n'ont pas pris les choses à la légère. Dernièrement, une mère de famille s'est présentée à eux leur expliquant qu'elle subit, depuis fort longtemps déjà, des violences conjugales de la part de son compagnon.

Violences physiques, violences psychologiques, menaces de mort

Lui à 57 ans, elle 42 ans, ils vivent ensemble depuis 2005 dans le bassin d'Argentat, en Corrèze. Ils ont trois enfants en commun. Mais cette mère décrit aux gendarmes un quotidien difficile : une surveillance intense de la part de son compagnon, des violences psychologiques mais aussi physiques. C'est après avoir été menacée avec un couteau, fin juin, et reçu une nouvelle salve de gifles et autres violences qu'elle a décidé de le signaler. Elle a aussi fait été, en décembre 2018, de coups violents portés avec une chaise. Des menaces de mort, fréquentes, sont aussi décrites.

En détention provisoire jusqu'au 25 juillet

Le mis en cause, sans aucun antécédent judiciaire jusque là, reconnaît en partie les faits selon le parquet de Tulle, mais les minimise. Examiné par un expert en vue d'une éventuelle comparution immédiate, l'homme a finalement été écroué jusqu'au 25 juillet dans l'attente de son procès. En effet, le professionnel a demandé un délai pour rédiger son rapport d'expertise.