Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Corrida : la SPA déboutée par la justice à Béziers

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

La corrida à Béziers est bien une tradition locale, et à ce titre, il est tout à fait possible de la pratiquer et de l'organiser. Voilà en substance le message envoyé ce mercredi par le tribunal qui vient de relaxer Robert Ménard, Robert Margé et Sébastien Castella, poursuivis pour actes de cruauté.

Illustration corrida
Illustration corrida © Maxppp - Leopoldo Smith

Le tribunal de Béziers vient de rendre son jugement après la plainte déposée par la SPA contre Robert Ménard, Robert Margé, et Sébastien Castella. Le maire de Béziers, l'ancien directeur des arènes et le matador ont tous trois été relaxés. Ils étaient poursuivis pour acte de cruauté et complicité de cruauté envers des animaux devant le tribunal correctionnel de Béziers. En ligne de mire, les corridas et les mises à mort dans l'arène. Ce jugement a aussitôt été acclamé devant le palais de justice par une cinquantaine d'aficionados. Le dossier était examiné fin mars mais la justice avait mis son jugement en délibéré.

Pour Olivier Margé, nouveau directeur des arènes de Béziers (et fils de Robert Margé),''cette sentence est normale. On est les premiers à aimer nos animaux''

''On a une vraie façon d’élever et d'aimer nos bêtes qui contribue à un écosystème qui est monumental en Espagne et en France''

"Cette décision est une grande victoire pour la tauromachie biterroise."

La corrida à Béziers est bien une tradition locale et, à ce titre, il est tout à fait autorisé de la pratiquer ou de l'organiser, selon Robert Ménard. ''C'est une tradition locale ininterrompue à Béziers depuis le XIXe siècle et c'est ce que vient de rappeler la justice. La tauromachie, même si elle est moins prisée aujourd’hui qu’hier, mérite d’être défendue. Je l'ai dit à la barre : si je ne suis pas un grand aficionado, si je peux comprendre qu'on n’aime pas la corrida, je me battrai toujours pour la défendre. Elle fait partie de notre culture, de notre histoire, de nos traditions, de ce sud que nous aimons. Pour toutes ces raisons j’y suis profondément attaché." 

''Une jurisprudence à Béziers on ne l'espérait pas. Nous n'étions pas vraiment inquiets'' dit Bernard Mula, le président de la fédération des clubs taurins du Biterrois.

Bernard Mula, le président de la fédération des clubs taurins du Biterrois.

Lors de l'audience, Raphaël Balland, le Procureur de Béziers n'avait réclamé aucune sanction, la loi ne lui permettant pas de se prononcer en ce sens. 

"Quand les textes de loi ne sont pas clairs, il arrive que vous fassiez jurisprudence, rappelle Raphaël Balland au président Luc Barbier. Et comme souvent dans la loi, il y a des exceptions. Il y en a une avec la corrida, mais vous n'êtes pas le législateur. C'est au législateur d'être plus précis. Je ne sais pas trancher." Pour la défense "c'est donc au Parlement de décider ce qu'est ou pas une tradition et pas au tribunal".

Le Colbac avait appelé ses adhérents à se rassembler devant le palais de justice. Forcément nous sommes déçus dixit Sophie Maffre BAugé, la présidente du Comité de liaison Biterroise pour abolition de la corrida. ''On n'est pas ici pour contester la loi, mais pour la mettre en évidence afin qu'elle soit médiatisée, et interpelle l'opinion public''.

Sophie Maffre Baugé, la présidente du Comité de liaison Biterroise pour abolition de la corrida.

Cette loi est injuste. Elle interdit la corrida par principe quasiment partout en France car ces manifestations sont cruelles. Mais elle ne les autorise que par exception dans une dizaine de départements malgré cette cruauté''

La ville de Bayonne avait fait l’objet d’une assignation similaire  par la SPA, mais elle avait été débouté l'automne dernier. 

La loi c'est la loi dit Hugues Bousquet, aficionado et spécialiste de tauromachie.

La loi c'est la loi. Elle est comme elle est. Il faut l'appliquer, dit Hugh Bousquet aficionado et spécialiste de tauromachie

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Mobilisation des opposants à la corrida devant le tribunal à Béziers
Mobilisation des opposants à la corrida devant le tribunal à Béziers © Radio France - Stéfane Pocher

La Société protectrice des animaux est condamnée par ailleurs à leur verser 1.500  euros à  chacun afin de régler les frais de justice.

''La souffrance d'un animal est plus importante qu'une tradition disent les opposants à la tauromachie''

''La souffrance d'un animal est plus importante qu'une tradition''
''La souffrance d'un animal est plus importante qu'une tradition'' © Radio France - Stéfane Pocher

''On ne s'attendait pas à un jugement en notre faveur mais on l'espérait'' dit Catherine Bry, représentante du parti Animaliste dans le Biterrois. 

Catherine Bry, représentante du parti Animaliste dans le Biterrois.

Le maire de Béziers, l'éleveur de taureau et ancien directeur des arènes, et le torero étaient absents à l'annonce du jugement. L'affaire avait été jugée le 24 mars avait été mise en délibéré. La justice ne les considère pas responsables.

Jean-Pierre et Christine, défenseurs de la corrida sont évidement réjouit de ce jugement. ''Ce n'est que l'application stricte de la loi'' disent-ils ..

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Défenseur de la corrida  devant le tribunal à Béziers
Défenseur de la corrida devant le tribunal à Béziers © Radio France - Stéfane Pocher

Les anti-corrida ont annoncé poursuivre leur combat.

Thierry Hély, le président de la FLAC (Fédération des Luttes pour l'Abolition de la Corrida)

Lors de l'audience en mars, le président national de la SPA Jacques-Charles Fombonne, général de gendarmerie à la retraite, était venu défendre en personne son dossier. "La tradition n'est plus celle qu'elle était. Il suffit de regarder la fréquentation des arènes en forte baisse depuis des années".

"On ne peut pas d'un côté interdire les animaux dans les cirques et autoriser, de l'autre, la mise à mort dans les arènes."

"Un texte de loi est en cours d'élaboration pour réprimer plus sévèrement la maltraitance animale. Ce n'est pas cohérent, ajoute le président national. Comment peut-on imaginer interdire les spectacles d'animaux et autoriser les mises à mort ? C'est ce point juridique que nous avons mis en avant avec mon avocat". Le président national de la SPA Jacques -Charles Fombonne

La SPA réclamait 10.000 euros de préjudice moral à chacun des prévenus

Choix de la station

À venir dansDanssecondess