Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Corse : à Centuri, ancienne et nouvelle municipalité règlent leurs comptes

-
Par , , France Bleu RCFM

José Micheli, ancien maire de Centuri, répond à David Brugioni, le maire actuel, qui réagissant aux coups de feu contre sa maison il y a une dizaine de jours, avait pointé du doigt l'ancienne municipalité. Une réponse cinglante. L'avocat de José Micheli parle " d'insinuations inadmissibles".

Me Jean-Sébastien de Casalta et Me Eric Maurin du barreau de Paris, avocats de José Micheli, ancien maire de Centuri
Me Jean-Sébastien de Casalta et Me Eric Maurin du barreau de Paris, avocats de José Micheli, ancien maire de Centuri © Radio France - Jean Pruneta

Centuri, Corse, France

Petit port de pêche de la pointe du Cap Corse, Centuri n'est pas le paradis que certains s'imaginent. Les récents événements qui viennent de s'y passer sont à mille lieues de la carte postale. Tout d'abord, il y a eu ces tirs de chevrotines contre le domicile du maire, David Brugioni, élu maire de la commune en 2014, puis est venu le temps des accusations. Dans les médias, sur les réseaux sociaux, David Brugioni a accusé l'ancienne municipalité de ne jamais avoir accepté sa défaite. Pire, de ne pas supporter sa volonté de remettre de l'ordre dans les affaires de la communes, qu'il s'agisse d'occupation du domaine public ou de la gestion du port. David Brugioni n'hésite pas à parler "d'ambiance mafieuse", de climat délétère entretenu par ses prédécesseurs.

"David Brugioni se pose comme le vaillant champion de la probité (...) mais il passe sous silence les circonstances particulièrement singulières dans lesquelles il a été élu à la mairie de Centuri. Il occulte aussi le fait qu'il est l'objet d'une plainte pour corruption", Me Jean-Sébastien de Casalta

Se sentant visé, José Micheli, l'ancien maire de Centuri, est monté à son tour au créneau. Ses avocats dénoncent l'amalgame qui, selon eux, est fait par David Brugioni entre les coups de feu dont il a été victime et les procédures judiciaires en cours qui l'opposent à leur client. Me Jean-Sébastien de Casalta n'a pas mâché ses mots : " Les tirs de chevrotines, des faits inqualifiables, n'autorisent pas David Brugioni , par un jeu d'insinuations inadmissibles, à mettre José Micheli à l'index. David Brugioni se pose comme le vaillant champion de la probité (...) mais il passe sous silence les circonstances particulièrement singulières dans lesquelles il a été élu maire de Centuri... Et il occulte aussi le fait qu'il est l'objet d'une plainte pour corruption (...) Cette stratégie qui est celle de l'intoxication et de la manipulation de l'opinion publique est dérisoire".

Me Jean-Sébastien de Casalta, avocat de José Micheli, ancien maire de Centuri

Pendant ce temps une trentaine de maires de Haute-Corse ont été reçus par le préfet. Une délégation menée par Pierre-Marie Mancini, président des maires de Haute-Corse, a tenu à dénoncer, dix jours après les tirs de chevrotines contre la maison de David Brugioni, les menaces verbales ou physiques contre les élus. Ces maires demandent plus de réactivité et de sévérité de la part de la justice ainsi qu'un soutien plus fort de l'Etat.

Choix de la station

France Bleu